Etats-Unis: Une «maison des horreurs» découverte à Détroit

FAITS DIVERS Ryon Travis, un père de 7 enfants, détenait captives quatre femmes qu’il « vendait » sur internet…

Clémence Apetogbor
— 
Un véhicule de la police de Détroit
Un véhicule de la police de Détroit — BILL PUGLIANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Tout débute alors que la police de Détroit enquête sur une affaire d’usurpation d’identité. Mais au moment de perquisitionner le domicile de Ryon Davis, un père de 7 enfants au chômage, les autorités tombent sur une véritable « maison des horreurs ».

Les policiers découvrent une jeune femme, l’une des quatre « épouses » de cet homme de 32 ans, enchaînée à une barre de strip-tease au beau milieu du salon, rapporte le quotidien américain Washington Post, repris par le Parisien.

Quatre « épouses », esclaves sexuelles

La jeune femme de 25 ans explique se trouver là depuis deux semaines, punie pour avoir tenté de prendre la fuite. Esclave sexuelle de Ryon Travis depuis deux ans, elle raconte que trois autres femmes, que l’homme appelle « ses épouses », vivent également dans la maison.

« Il disait qu’il avait quatre femmes à vendre sur des forums en ligne », a déclaré la procureure adjointe Sara Woodward. Des annonces étaient postées sur internet pour proposer des relations sexuelles tarifées contre 700 dollars (615 euros), souligne de son côté CBS Detroit.

Et si elles refusaient « de danser ou d’avoir des rapports sexuels, il devenait violent avec elles, les frappant à coups de poing, leur donnant des coups de pieds ou les faisant tomber à terre », a encore décrit la procureure adjointe, reprenant le témoignage de l’une des jeunes femmes.

Des images pédopornographiques retrouvées

L’horreur ne s’arrête pas là. Lors de la perquisition, les enquêteurs ont retrouvé deux téléphones portables appartenant à Ryon Travis, selon ses captives, et contenant des images pédopornographiques. L’un des clichés montre une jeune fille allongée sur des draps aux motifs bleu et blanc, les mêmes que ceux retrouvés dans l’une des chambres de la maison de Ryon Travis.

Ce dernier est poursuivi pour production, possession et distribution d’images pédopornographies, ainsi que pour trafic sexuel. Lors de l’audience a plaidé non coupable et demandé à la cour d’abandonner les charges.

>> A lire aussi : Près de 3.000 vidéos pédopornographiques retrouvées chez un professeur de guitare de Nice

L’une de ses captives a indiqué à la presse locale que le suspect se revendique comme étant un « citoyen souverain ». Les militants du mouvement citoyen souverain estiment qu’ils ne sont pas tenus de payer des impôts et qu’ils peuvent également choisir les lois qu’ils respectent et celles qu’ils ignorent.

« Toutes les lois sont de nature commerciale et je suis un homme né humain américain », a fait savoir Ryon Travis au cours de l’audience. "Je choisis de ne pas traiter avec cette cour, je demande donc que cette affaire rejetée », a-t-il lancé, précise le Washington Post. Ce à quoi la juge, qui a rejeté cette demande, a répondu : « Vous êtes un danger pour les enfants. Vous êtes un danger pour les femmes ».