Maroc: Quatre mois de prison ferme pour la victime d'une agression homophobe

JUSTICE Un jeune Marocain, violemment agressé, a été condamné pour homosexualité…

20 Minutes avec AFP

— 

Plusieurs associations marocaines réclament l’abrogation de l’article 489 du code pénal selon lequel l’homosexualité est passible de trois ans de prison.
Plusieurs associations marocaines réclament l’abrogation de l’article 489 du code pénal selon lequel l’homosexualité est passible de trois ans de prison. — BEBERT BRUNO/SIPA

La justice marocaine est dans le viseur de plusieurs associations des droits de l’homme. Un jeune Marocain, victime d’une agression homophobe, a été condamné à une peine de prison supérieure à celle de son agresseur. Son crime : être homosexuel.

Les faits remontent au 9 mars lorsque deux hommes homosexuels sont agressés par des jeunes dans un appartement, a déclaré Abdelrahim Majdi, responsable de l’Association marocaine des droits humains (AMDH). à Beni Mellal, une ville du centre du Maroc.

Sur une vidéo de l’agression, diffusée sur Youtube, on voit deux hommes dénudés, le visage en sang, se faire violemment agresser par un groupe de jeunes au milieu d’une salve d’insultes.

« Actes sexuels contre-nature »

Rapidement, les deux agresseurs sont arrêtés par la police. Mais aussi l’une des deux victimes, accusée, elle, « d’actes sexuels contre-nature ». Au Maroc, l’homosexualité est en effet pénalement répréhensible.

Quelques jours plus tard, la justice condamne les deux agresseurs à deux mois de prison. La victime écope quant à elle d’une peine de quatre mois de prison ferme pour « actes sexuels contre-nature avec récidive et ivresse » (homosexualité au Maroc).

>> A lire aussi : Maroc: Deux personnes arrêtées pour avoir participé à une violente agression homophobe

Samedi dernier, la police a arrêté la deuxième victime ainsi que quatre autres hommes accusés d’avoir pris part à l’agression, a ajouté Abdelrahim Majdi. Le parquet poursuit également la deuxième victime pour « actes sexuels contre-nature » et les quatre hommes pour leur irruption dans l’appartement et « port d’armes ».

Tollé dans le milieu associatif marocain

La violence de l’agression homophobe et le procès intenté aux deux victimes ont soulevé un tollé dans le milieu associatif marocain.

Plusieurs associations réclament l’abrogation de l’article 489 du code pénal selon lequel l’homosexualité est passible de trois ans de prison.

#Stop_Homophobia #Homophobia_is_a_crime #الهوموفوبيا_جريمة

Posté par Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles - Maroc sur mardi 29 mars 2016

Un collectif engagé dans la lutte contre la discrimination fondée sur la sexualité et le genre a publié un communiqué, soutenu par dix-sept organisations. Les cosignataires y exigent notamment « la libération de la victime de cette agression, l’ouverture d’une enquête et la poursuite pénale des agresseurs ainsi que celui/celle qui a diffusé la vidéo révélant publiquement l’identité des jeunes et l’abrogation de l’article 489 du Code pénal afin de garantir et de protéger les libertés individuelles et la vie privée des citoyennes et des citoyens ».