Attentats de Bruxelles: Des SMS appelant à «combattre les Occidentaux» envoyés à des jeunes de Molenbeek

TERRORISME Pour l’heure, il est impossible de savoir comment les numéros de téléphone des destinataires ont pu être obtenus…

C. A.

— 

Un panneau dans les rues de Molenbeek, à Bruxelles, le 18 mars 2016.
Un panneau dans les rues de Molenbeek, à Bruxelles, le 18 mars 2016. — Geoffroy Van der Hasselt/AP/SIPA

Plusieurs jeunes hommes, vivant à Molenbeek, en Belgique, ont reçu dimanche des SMS les appelant à « faire le bon choix » et à « combattre les Occidentaux », révèle le quotidien britannique The Guardian.

Ces SMS pourraient avoir été envoyés par des recruteurs de l’organisation Etat islamique, alors que des images montrant des jeunes célébrant  les attentats de Bruxelles ont été postées dimanche après-midi sur Facebook.

>> A lire aussi : Molenbeek, vivier de djihadistes en Belgique

Un émetteur intraçable

Ces SMS auraient été envoyés dimanche soir depuis une carte prépayé, qui ne peut être tracée. Ce dimanche, dans l’après-midi cette fois, une vidéo, retirée depuis, avait été postée sur Facebook. Sur les images, de jeunes gens « célébraient » les attentats de Bruxelles, qui ont coûté la vie à 35 personnes, selon le dernier bilan communiqué par le ministère belge de la Santé.

>> A lire aussi : Telegram, la dernière application mobile privilégiée par Daesh pour communiquer

La technologie, outil de propagande

Le contenu des SMS, rédigé en français, est assez court, rapporte le Guardian. « Mes frères, pourquoi ne pas nous rejoindre pour combattre les Occidentaux. Faites les bons choix dans votre vie ».

Pour l’heure, il est impossible de savoir comment les numéros de téléphone des destinataires ont pu être obtenus. Les carnets d’adresses des jeunes qui rejoignent Daesh pourraient être utilisés pour tenter d’attirer d’autres jeunes hommes dans leurs rangs, soulève le Guardian.

Un contexte tendu

L’élu bruxellois Jamal Ikazban, craint de son côté que les réseaux islamistes cherchent à relancer le recrutement des jeunes des quartiers défavorisés en profitant des crispations dans le contexte des attentats.

«C '’st comme si des dealers étaient constamment postés à la sortie des écoles. Nous ressentons la même chose. Ils doivent quitter les rues. Ce sont des prédateurs et nos jeunes en sont les victimes» , a-t-il dit. 

La peur grandissante des parents

Jamal Zaria, imama de la mosquée de Molenbeek, évoque lui la peur qui grandit chez les parents des plus jeunes.

« Ils sont exposés à quelque chose de comparable à un cancer métastasé », déclare l’imam. « Ca se propage très rapidement. Nous sommes dans une course contre la montre pour développer un système immunitaire pour que les enfants de notre communauté rejetent le message de Daesh ».

La mère de deux garçons, partis en Syrie, a dit au Guardian que l’un d’eux avait été harcelé avant son départ. « Dix jours avant qu’il ne quitte la maison, son recruteur l’a appelé 140 fois. Si ce n’est pas du harcèlement, je ne sais pas ce que c’est ».