Attentats à Bruxelles: Les frères El Bakraoui fichés dans plusieurs pays mais jamais arrêtés

TERRORISME Les noms des deux frères Khalid et Ibrahim figuraient notamment dans les fichiers anti-terroristes américains…

H. B. avec AFP
— 
Montage photo. Les frères El Bakraoui. A droite, Ibrahim. A gauche, Khalid.
Montage photo. Les frères El Bakraoui. A droite, Ibrahim. A gauche, Khalid. — AFP Interpol / AFP

Les frères El Bakraoui, qui se sont fait sauter dans le métro et à l’aéroport de Bruxelles, étaient bien connus des services de police. Ils étaient même fichés dans plusieurs pays, mais n’ont jamais été arrêtés.

Les noms des deux frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui figuraient notamment dans les fichiers anti-terroristes américains, selon la chaîne de télévision américaine NBC. La chaîne cite deux responsables anonymes, qui « n’ont pas précisé dans laquelle des nombreuses » bases de données ou listes américaines figuraient les deux frères, a précisé NBC.

Ibrahim El Bakraoui expulsé de Turquie en juillet 2015

Ibrahim El Bakraoui était également fiché en Turquie et aux Pays-Bas. Il avait en effet été expulsé vers les Pays-Bas par la Turquie en juillet dernier, a confirmé ce jeudi le ministère néerlandais de la Justice.

>> A lire aussi : Qui sont les frères El Bakraoui, les kamikazes de l'aéroport et du métro?

« Les autorités turques ont exigé qu’Ibrahim El Bakraoui quitte le territoire et ont donc organisé un vol depuis Istanbul vers Amsterdam le 14 juillet 2015 », a indiqué le ministre Ard van der Steur dans une lettre envoyée au parlement.

Les autorités turques ont prévenu La Haye, par note déposée dans un portail électronique, mais cette note « ne présentait absolument aucune information ou clarification » sur les personnes expulsées, a ajouté le ministre.

Khalid El Bakraoui avait violé son contrôle judiciaire

Son frère Khalid était aussi bien connu par la police. Il avait même violé son contrôle judiciaire sans être inquiété, révèle Le Parisienqui cite le journal DeMorgen. Le kamikaze qui a fait plusieurs morts à la station de métro Maelbeek à Bruxelles ce mardi 22 mars, avait en effet violé les conditions de sa liberté conditionnelle le 13 mai 2015.

La révocation de sa liberté conditionnelle avait été réclamée mais le tribunal avait laissé Khalid El Bakraoui libre, jugeant qu’il avait respecté toutes les autres exigences de sa liberté conditionnelle.