VIDEO. Attentats à Bruxelles: Qui est Najim Laachraoui, le deuxième kamikaze de l'aéroport?

TERRORISME Le Belge âgé de 24 ans a été identifié par son ADN…

M.C.

— 

Najim Laachraoui, suspect clé des attentats de Paris et Bruxelles.
Najim Laachraoui, suspect clé des attentats de Paris et Bruxelles. — HO / BELGIAN FEDERAL POLICE / AFP

L’un des hommes les plus recherchés d’Europe n’est plus en fuite. Najim Laachraoui est mort, identifié par son ADN comme étant l’un des deux kamikazes qui se sont fait exploser ce mardi à l’aéroport de Bruxelles.

>> A lire aussi : Couac autour de l'arrestation de Najim Laachraoui, suspect clé

D’abord annoncé en fuite, puis arrêté ce mercredi matin par les forces spéciales belges, Najim Laachraoui, alias Soufiane Kaya, considéré comme «un profil élevé» au sein de Daesh, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis le 18 mars 2014.

« Un élève normal »

Né au Maroc le 18 mai 1991, Najim Laachraoui a grandi à Bruxelles, à Schaerbeek. Selon le cabinet du maire, interrogé par 20 Minutes, il est arrivé dans ce quartier paisible à l'âge de 3 ans, en compagnie de sa famille. Un voisin interrogé par Europe 1 décrit la famille comme musulmane pratiquante mais « pas du tout radicale ». Le jeune homme fréquente pendant six ans le lycée catholique Sainte-Famille. « C’était un élève normal », a déclaré un responsable de l’école. En 2009, Laachraoui obtient son diplôme en électronique, selon un document posté sur le site de l’établissement.

L'Institut de la Sainte-Famille d'Helmet, où Najim Laachraoui a étudié, à Schaerbeek, en Belgique, le 23 mars 2016.
L'Institut de la Sainte-Famille d'Helmet, où Najim Laachraoui a étudié, à Schaerbeek, en Belgique, le 23 mars 2016. - DOCUMENT FOURNI PAR UN TIERS

Quatre ans plus tard, en septembre 2013, il part pour la Syrie parmi les premiers « contingents » de djihadistes venus d’Europe, pour combattre au sein de Daesh sous le nom d’Abou Idriss, selon des médias. En février 2015, il est radié des listes de la ville de Schaerbeek, dont la mairie a constaté qu'il n'habitait plus le logement situé sur la commune, rapporte le cabinet du maire à 20 Minutes. Il réapparaît en Europe en septembre, contrôlé par la police à la frontière austro-hongroise sous la fausse identité de Soufiane Kayal, dans une Mercedes conduite par Salah Abdeslam. Mohamed Belkaïd, l’Algérien de 35 ans tué par la police le 15 mars à Forest, dans le sud-ouest de Bruxelles, se trouvait également à bord.

Impliqué dans les attentats de Paris

Laachraoui est soupçonné d’être l’artificier des attentats de Paris deux mois plus tard. Son ADN avait été retrouvé dans plusieurs habitations utilisées par les commandos du 13 novembre ainsi que sur du matériel explosif utilisé lors des attaques djihadistes qui ont fait 130 morts.

Les enquêteurs le soupçonnent également d’avoir été, avec Mohamed Belkaïd, en lien par téléphone avec certains des kamikazes ce soir-là. Il était activement recherché depuis le 4 décembre.

>> A lire aussi : El Bakraoui, Merah, Kouachi... Le terrorisme islamiste, une affaire de frères?

Lié à l’attentat du Caire en 2009

Son nom apparaît également en lien avec l’attentat du Caire en 2009, qui a coûté la vie à la Française Cécile Vannier. Selon Le Monde, Najim Laachraoui figure parmi les contacts d’un certain Chakir El Khattabi, auquel s’intéressent alors les enquêteurs. L’homme se serait rendu en Egypte en même temps que Fabien Clain, « la voix » qui a revendiqué les attentats du 13 novembre au nom de Daesh, et qu’un dénommé Farouk Ben Abbes, soupçonné en 2010 de préparer un attentat… contre le Bataclan.

Mohamed Abrini toujours en cavale

Selon le journal flamand De Standaard et la RTBF, Najim Laachraoui est donc le deuxième kamikaze mort à l’aéroport de Bruxelles ce mardi avec Ibrahim El Bakraoui. Le premier kamikaze de l’aéroport, au milieu sur la photo, avait déjà été identifié ce mercredi matin par les enquêteurs. Son frère, Khalid El Bakraoui, s’est quant à lui fait exploser dans le métro.

Aprèsla mort des frères El Bakraoui et de Najim Laachraoui, il ne reste plus qu’un seul complice de Salah Abdeslam toujours en cavale dont l’identité est connue, il s’agit de  Mohamed Abrini.