Affaire Kelly:un ministre sur la défensive

© 20 minutes

— 

Geoff Hoon revient sur ses affirmations. Le ministre britannique de la Défense était entendu hier, pour la seconde fois, devant la commission qui enquête sur le suicide, à la mi-juillet, de David Kelly. L’expert en armement irakien, qui avait servi de source à la BBC pour critiquer la guerre en Irak, n’avait visiblement pas supporté que son nom soit jeté en pâture à la presse par le gouvernement. Au cours de sa première audition, devant le juge Hutton, Geoff Hoon avait nié toute responsabilité personnelle dans la divulgation du nom du scientifique, imputant la faute à son service de presse. Mais hier, le ministre a été soumis à un contre-interrogatoire particulièrement mordant, voire sarcastique, de l’avocat de la famille Kelly, Jeremy Gompertz. Entre deux réponses évasives, il a admis avoir approuvé la stratégie consistant à « confirmer » le nom de David Kelly aux journalistes qui l’auraient deviné. En réponse, Gompertz a accusé « le gouvernement dans son ensemble d’avoir décidé une stratégie qui amènerait à laisser filtrer le nom de David Kelly dans l’arène publique ». Geoff Hoon a nié l’existence d’une telle « conspiration », sans visiblement convaincre son auditoire. Avant même cette seconde audition, la presse britannique ne donnait pas cher, hier matin, de l’avenir politique du ministre de la Défense. Surtout si les conclusions du juge Hutton sont sévères pour le gouvernement. Son enquête, menée tambour battant depuis le 11 août, doit se terminer le 25 septembre. Le magistrat a indiqué qu’il rendrait ses conclusions « dès que possible ».