Attentats à Bruxelles: Qui sont les frères El Bakraoui, les kamikazes de l'aéroport et du métro?

TERRORISME Les frères El Bakraoui étaient liés à l'enquête sur les attentats de Paris et notamment à Salah Abdeslam...

William Pereira

— 

Les frères El Bakraoui serait les Kamikazes des attentats de Bruxelles le 22 mars 2016
Les frères El Bakraoui serait les Kamikazes des attentats de Bruxelles le 22 mars 2016 — Capture BFMTV

L’information a été confirmée ce mercredi midi par le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw. Les frères El Bakraoui, activement recherchés par la police depuis la perquisition de Forest, ont été identifiés comme auteurs des attentats coordonnés de Bruxelles qui ont fait 31 morts et 270 blessés. Ibrahim a été identifié grâce à ses empreintes comme étant l’un des auteurs des attentats de l’aéroport. Son frère Khalid a lui été identifié lui aussi par ses empreintes comme auteur de l’attentat à la station de métro de Maelbeek.

>> A lire aussi : Attentats en Belgique: Le chauffeur de taxi a conduit la police à la planque du commando

Deux planques au nom de Khalid El Bakraoui

Khalid et Ibrahim El Bakraoui étaient connus des services de police pour grand banditisme. Ibrahim a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles en octobre 2010 pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov, le 30 janvier de la même année. Quelques mois plus tard, en février 2011, c’est au tour de Khalid El Bakraoui de se retrouver devant la justice. Il est alors condamné à cinq ans de prison pour des car-jackings. Lui et ses complices détenaient plusieurs kalachnikovs.

Leur implication dans des activités terroristes n’avait été établie que récemment, lorsque les enquêteurs ont découvert que Khalid, 27 ans, avait loué, sous une fausse identité, la planque de Charleroi ayant servi de dernier refuge aux terroristes du 13 novembre et où les empreintes d’Abdelhamid Abaaoud ainsi que Bilal Hadfi avaient été prélevées. C’est aussi à son (faux) nom que la planque de Forest était louée. Pour autant, il reste très difficile de déterminer si les deux frères étaient présents à Forest le jour de la perquisition qui avaient mené à la neutralisation de Mohamed Belkaïd et, par ricochet, à celle de Salah Abdeslam.

>> A lire aussi : Attentats Bruxelles: La police contrôle les coffres de voitures aux abords des gares parisiennes

Cette découverte pourrait être cruciale en ce qu’elle permettrait d’établir un lien direct entre les attaques de Bruxelles du 22 mars et l’enquête actuellement menée par les autorités franco-belges ayant notamment mené à la capture de Salah Abdeslam.

 

Comment Ibrahim El Bakraoui est-il arrivé à Zaventem ?

L’autre avancée majeure dans l’enquête concerne les moyens de locomotion par lesquels les terroristes seraient arrivés à l’aéroport bruxellois. Les autorités auraient distingué trois véhicules. Un taxi, une Renault Clio, et une Audi S4 noire. Celles-ci attirent particulièrement l’attention des enquêteurs car très tôt signalées par des témoins après les explosions de mardi matin. L’Audi aurait permis à un groupe de quatre hommes de se rendre à l’aéroport puis d’en repartir. Il n’est donc pas exclu que Khalid El Bakraoui ait été transporté dans cette voiture. Il est en revanche moins probable que Ibrahim El Bakraoui soit monté dans ce véhicule, bien qu’un peu plus tôt, un chauffeur de taxi avait déclaré avoir déposé les suspects identifiés par les images des caméras de surveillance de l’aeroport de Bruxelles et que rien ne permet de garantir que Khalid El Bakraoui n’est pas passé par la case Zaventem avant de se rendre dans le métro, et donc d’avoir été préalablement pris place dans ledit taxi.

En ce qui concerne la Clio, le doute plane encore au-dessus de ce véhicule listé dans les frontières néerlandaises, allemandes et françaises, à l’instar de l’Audi S4. L’une de ces voitures aurait en outre permis au suspect recherché de prendre la fuite après les attaques de l’aéroport de Bruxelles.

Infographie des suspects des attentats de Bruxelles et des attentats de Paris.
Infographie des suspects des attentats de Bruxelles et des attentats de Paris. - KUN TIAN, ALAIN BOMMENEL / AFP