Explosions à Bruxelles: le bouton «Safety Check» de Facebook activé... mais en retard

EXPLOSIONS A la suite des attentats de Bruxelles du 22 mars, Facebook a mis en place son bouton « Safety Check », mais trop tardivement pour les internautes…

V. J.

— 

Le dispositif «Safety Check» de Facebook a été mis en place tardivement après les attentats de Bruxelles
Le dispositif «Safety Check» de Facebook a été mis en place tardivement après les attentats de Bruxelles — Capture d'écran

Comme lors des attentats à Paris et au Nigéria, le réseau social Facebook a mis en place ce mardi matin son bouton « Safety Check » suite aux explosions à Bruxelles, pour permettre à chacun de rassurer ses proches d’un simple clic. Mais le dispositif n’a été activé que tard, vers 11h, soit près de trois heures après la double explosion à l’aéroport de Zaventem.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Attentats à Bruxelles

Dès 10h, les internautes s’impatientaient de voir le « Safety Check » enclenché, et ont exprimé leur colère sur Twitter : « Safety Check inutile visiblement selon Facebook. Bruxelles pas assez important ? », « Et Facebook n’a même pas activé le Safety Check. C’est terrible de faire ce genre de différences. Pourquoi Paris mais pas Bruxelles ? »…

Ce n’est pas la première fois que Facebook est critiqué sur le sujet, sur sa différence de traitement, comme lorsqu’il avait mis en place le « Safety Check » pour les attentats à Ankara en Turquie mais pas pour ceux à Grand-Basssam en Côte d’Ivoire, ayant eu lieu le même jour, le 13 mars dernier.