Attentats à Bruxelles: La capitale belge et symbole de l'Europe, à nouveau meurtrie

BELGIQUE La capitale belge frappée ce mardi par des attaques meurtrières est aussi le symbole de l’Europe…

Laure Cometti

— 

Un soldat belge devant l'immeuble Berlaymont à Bruxelles, près du siège de la Commission européenne, après les attaques du 22 mars 2016.
Un soldat belge devant l'immeuble Berlaymont à Bruxelles, près du siège de la Commission européenne, après les attaques du 22 mars 2016. — HATIM KAGHAT / BELGA / AFP

C’est un symbole qui a été frappé ce mardi par plusieurs explosions dont le bilan provisoire s’élève pour l’heure à 26 morts. La capitale belge, dont l’aéroport de Zaventem et une station de métro ont été ciblés par des détonations, est aussi le siège des institutions de l’Union européenne. Depuis les attentats du 13 novembre, la ville était également le terrain de la coopération franco-belge dans la lutte contre le terrorisme.

>> A lire aussi : Suivez en direct les événements à Bruxelles

Le cœur de l’Europe

Ce mardi, l’aéroport de Zaventem a été ciblé. Une explosion a également eu lieu près de la station de métro Maalbeek, dans le quartier des institutions européennes. Bruxelles est notamment le siège de la Commission européenne et du Conseil de l’Union européenne. Selon les informations de 20 Minutes, les autorités belges ont démarré vers 10 heures l’évacuation de « plusieurs buildings » de la Commission européenne.

Par ailleurs, la bouche de métro de Maalbeek se trouve sur la rue de la Loi, à quelques centaines de mètres de la chancellerie belge.

Bruxelles
Bruxelles - Google Maps

« A travers les attentats de Bruxelles, c’est toute l’Europe qui est frappée. », a réagi le président François Hollande dans un communiqué de l’Elysée. « Le terrorisme a frappé la Belgique, mais c’était l’Europe qui était visé », a-t-il ensuite déclaré ce mardi à 12h30.

« Je pense que c’est en représailles à l’arrestation du terroriste, le symbole européen est également important », a également déclaré le député européen Alain Cadec sur France Bleu Armorique.

Après les attaques de Bruxelles, la sécurité a notamment été renforcée ce mardi autour des institutions européennes à Strasbourg, ville qui abrite le Parlement européen. Lundi, la mission de l’UE au Mali a été la cible d’une attaque terroriste.

Point névralgique de la coopération antiterroriste

Après les attentats du 13 novembre, les institutions européennes étaient au cœur des discussions sur le nécessaire renforcement de lacoopération entre les 28 pour contrer la menace terroriste. La capitale belge était le lieu de réunions fréquentes entre les chefs d’Etat qui discutaient notamment de la mise en place du PNR (« Passenger Name Record », un fichier européen des données personnelles des voyageurs aériens) et de l’échange d’informations entre les services de renseignement.

>> A lire aussi : Explosions à Bruxelles: Paris, Londres, Amsterdam et Francfort en alerte

En outre, Bruxelles était sous haute surveillance depuis les attentats du 13 novembre. L’enquête sur les attaques de Paris a révélé que les terroristes ont utilisé la Belgique comme base arrière. Des informations qui ont mis la commune bruxelloise de Molenbeek sous les projecteurs, un lieu considéré depuis plusieurs années comme la plaque tournante du djihadisme européen.

>> A lire aussi : Molenbeek, vivier de djihadistes en Belgique

La capitale belge déjà frappée par des attentats

Dans le passé, Bruxelles a déjà été touchée plusieurs fois par des attentats. L’attaque meurtrière la plus récente a eu lieu le 24 mai 2014, au musée juif de Bruxelles. Le Français Mehdi Nemmouche avait tué quatre personnes.

L’aéroport de Zaventem avait déjà été ciblé par un attentat en 1979, rappelle La Libre Belgique. Trois terroristes palestiniens avaient lancé des grenades sur des passagers débarquant d’un vol en provenance d’Israël. Douze personnes avaient été blessées.

Les lieux des attaques de Bruxelles, le 22 mars 2016.
Les lieux des attaques de Bruxelles, le 22 mars 2016. - Google map/20 Minutes