VIDEO. Point info attentats à Bruxelles: Au moins 34 morts... Ce que l'on sait après les explosions

TERRORISME Plusieurs explosions ont retenti, ce mardi matin, à l’aéroport de Bruxelles, capitale de la Belgique, et dans une station de métro du quartier européen…

Vincent Vantighem

— 

Les vitres d'une partie de l'aéroport de Bruxelles ont été soufflées lors de deux explosions qui ont fait au moins 13 morts et 35 blessés, le 22 mars 2016 Lancer le diaporama
Les vitres d'une partie de l'aéroport de Bruxelles ont été soufflées lors de deux explosions qui ont fait au moins 13 morts et 35 blessés, le 22 mars 2016 — JONAS ROOSENS BELGA

L’horreur… A nouveau… Une série d’explosions a retenti, ce mardi matin, à l’aéroport et dans une station de métro de Bruxelles (Belgique). Le bilan, encore provisoire, serait d’au moins 34 morts et près de 200 blessés sur les deux sites frappés. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait de la situation.

>> EN DIRECT : Suivez les événements à Bruxelles

  • Que s’est-il passé ?

Des tirs ont d’abord été entendus dans le hall des départs de l’aéroport international, avant qu’une personne ne lance des cris en arabe et que deux explosions retentissent, ont indiqué plusieurs témoins à l’AFP et à l’agence de presse Belga. « Un monsieur a crié en arabe. Il a crié quelques mots et j’ai entendu une grosse déflagration », a témoigné Alphonse Lyoura, un employé de la sécurité des bagages. Une première explosion a eu lieu au niveau du terminal d’embarquement vers les Etats-Unis de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem vers 8h. Alors que les personnes présentes fuyaient, une seconde déflagration plus violente a retenti. Le plafond du hall des départs s’est alors effondré. Selon un journaliste d’e24 News, un troisième engin explosif aurait été découvert par les enquêteurs. Selon le procureur belge, l’une des explosions à l’aéroport a « probablement été provoquée par un kamikaze ».

Les attentats du 22 mars à Bruxelles.
Les attentats du 22 mars à Bruxelles. - AFP

 

Vers 9h, une autre explosion a eu lieu, cette fois-ci, à la station de métro Maelbeek, proche du quartier européen des affaires, non loin des sièges des institutions européennes.

  • Quel est le bilan ?

Encore provisoire, le bilan ne cesse de s’aggraver. Il serait d’au moins 14 morts et 92 blessés à l’aéroport international, selon les pompiers, et d'« une vingtaine » de morts et 106 blessés dans le métro, selon le bourgmestre de Bruxelles. Précédemment, la Stib, l’exploitant du réseau de transport en commun de la capitale belge avait annoncé au moins quinze morts et 55 blessés à la station Maelbeek.

  • S’agit-il d’attentats ?

Cela ne fait plus de doute. Alors que le Premier ministre belge Charles Michel a dénoncé les « attentats aveugles violents et lâches » qui ont frappé Bruxelles, le procureur a indiqué qu’une des explosions a été « provoquée par un kamikaze ». Le niveau d’alerte était passé du stade 3 à 4. Il s’agit du stade le plus élevé.

  • Quelle est la situation dans les transports à Bruxelles ?

L’aéroport de Zaventem est bien sûr fermé. Les avions qui devaient y atterrir ont été détournés vers Charleroi et Liège, au sud-est du pays. Le métro est également complètement bouclé. La sécurité a en outre été renforcée dans les aéroports de Londres, Paris, Francfort, Genève et Copenhague.

  • Quelle est la situation dans les hôpitaux ?

Selon une source hospitalière belge contactée par 20 Minutes, « le plan de mise en alerte a été activé. Toutes les cliniques ont les capacités nécessaires pour faire face à la situation. Certaines victimes ont été hospitalisées à Saint-Luc ». De son côté, le service départemental d’incendie et de secours du Nord (France) a indiqué qu’il mettait en place une colonne de secours pour venir en soutien de leurs collègues belges.

  • Quel est le contexte ?

Ces attentats surviennent quatre jours après la capture spectaculaire dans la commune bruxelloise de Molenbeek du Français Salah Abdeslam, seul survivant du commando auteur des attentats du 13 novembre à Paris (130 morts). Des actes revendiqués par Daesh.