Algérie: Un site gazier attaqué à la roquette par des djihadistes

TERRORISME Une centaine d’employés dont de nombreux expatriés travaillaient dans cette usine. Aucune personne n’a été blessée…

20 Minutes avec AFP
— 
Une photo datant du 14 décembre 2008 montrant une délégation parcourant le site gazier de Krechba, dans le sud algérien. 
Une photo datant du 14 décembre 2008 montrant une délégation parcourant le site gazier de Krechba, dans le sud algérien.  — STRINGER/AFP PHOTO

Des terroristes armés ont attaqué ce vendredi à la roquette un site gazier exploité par des firmes étrangères près de la région d’In Salah dans le sud de l’Algérie. Aucune victime n’est à déplorer.

« Vers 6 heures, un groupe terroriste a attaqué à la roquette le site gazier à Krechba », exploité conjointement par le groupe algérien Sonatrach, le britannique BP et le norvégien Statoil, a déclaré l’un des employés du site. Le site visé comprend deux bases de vie et un centre de production.

Trois ou quatre tirs d’obus

Trois ou quatre tirs d’obus auraient été lancés par ce groupe de djihadistes contre les installations de ce site gazier stratégique qui abrite une centaine d’employés dont de nombreux expatriés étrangers.

L’armée est aussitôt intervenue pour empêcher une éventuelle intrusion des auteurs de l’attaque à l’intérieur du site, situé à quelque 1.300 km au sud d’Alger, a précisé l’un des employés joint par téléphone.

Selon Algérie Focus, les forces de l’armée nationale et populaire (ANP) n’auraient pas encore neutralisé le groupe terroriste à l’origine de cette attaque. Des opérations de recherches sont toujours en cours pour retrouver ces individus, probablement entrés sur le territoire national  à partir de la Libye voisine, en proie à des groupes terroristes affiliés à l’Etat islamique (EI).

Une cellule d’urgence mise en place

Dans un communiqué, la compagnie Statoil a affirmé que « le site gazier à Krechba a été la cible de projectiles tirés de loin », et que ses trois employés étaient sains et saufs. Elle a ajouté qu’elle n’avait reçu aucune information sur d’éventuelles victimes durant l’attaque et qu’elle avait mis en place une « cellule d’urgence » en Norvège et en Algérie.

«Notre première priorité est la sécurité de notre personnel (...) Nous sommes en contact avec nos partenaires et nous cherchons à assurer la sécurité des personnes» sur place, a de son côté assuré BP, en faisant état de la suspension des travaux sur le site par mesure de précaution.


Cette attaque intervient trois ans après celle contre le complexe gazier d’In Amenas, également dans le sud algérien. En janvier 2013, un groupe de 32 islamistes, venus du Mali, avaient retenu en otage des centaines d’employés du complexe gazier de Tiguentourine, à 40 km d’In Amenas. Au total, 40 employés de dix nationalités seront tués ainsi que 29 assaillants.