Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
COREE DU NORDLa Corée du Nord publie des images d'un Américain qui vole une affiche

VIDEO. La Corée du Nord publie des images d'un étudiant américain qui vole une affiche

COREE DU NORD
Otto Warmbier a été condamné à 15 ans de travaux forcés…
Photo d'archives datée du 29 février 2016, de l'étudiant américain Otto Warmbier, lors d'une présentation à la presse à Pyongyang, en Corée du Nord.
Photo d'archives datée du 29 février 2016, de l'étudiant américain Otto Warmbier, lors d'une présentation à la presse à Pyongyang, en Corée du Nord. - Kim Kwang Hyon/AP/SIPA
Mathias Cena

M.C. avec AFP

Le document est censé être une preuve accablante. La Corée du Nord a publié des images de vidéosurveillance montrant un étudiant américain en train de prendre une affiche politique dans un hôtel, un « crime » qui lui a valu une condamnation à 15 ans de travaux forcés. La séquence, montrée mercredi au procès d’Otto Warmbier, soulève cependant des questions.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Dans cette vidéo en noir et blanc très brève, prise dans une zone réservée au personnel de l’hôtel Yanggakdo International à Pyongyang, on voit le jeune homme de 21 ans, étudiant à l’Université de Virginie aux Etats-Unis, ôter l’affiche d’un mètre de long d’un mur et la poser au sol. L’affiche est ornée d’un slogan écrit en blanc sur fond rouge. Le message est partiellement masqué mais il semblerait que le slogan soit : « Armons-nous solidement du patriotisme de Kim Jong-Il », père du dirigeant nord-coréen actuel Kim Jong-Un.​

​Questions sur la vidéo

Le timecode incrusté sur la vidéo indiquerait qu’elle date du 1er janvier 2016, à 1h57 du matin, ce qui correspond aux accusations. Il avait été arrêté le 2 janvier à l’aéroport alors qu’il s’apprêtait à quitter la Corée du Nord en même temps que les autres membres du voyage organisé auquel il participait.

Cependant, la vidéo, prise de loin, ne permet pas d’identifier clairement le visage du jeune homme. Elle ne montre pas non plus ce que fait Otto Warmbier après avoir retiré l’affiche : on ignore s’il a tenté de la faire sortir du pays. Enfin, le couloir de cet étage réservé au personnel, vivement illuminé à cette heure de la nuit, pose des questions. Un journaliste cité par le Washington Post dit s’être rendu à cet étage de l’hôtel Yanggakdo International en plein jour, et l’avoir trouvé plongé dans l’obscurité, ce qui est courant dans ce pays où la production d’électricité est très faible.

Les tensions expliquent probablement la sévérité de la sentence

Otto Warmbier a été présenté à la presse étrangère et aux diplomates fin février, en pleurs, disant qu’il avait fait « la pire erreur de (sa) vie ». Il avait déclaré avoir dérobé la bannière à la demande d’une fidèle de l’Eglise méthodiste unifiée de l’amitié, une église américaine qui voulait « un trophée ». Quatre jours plus tard, la Corée du Nord procédait à son quatrième essai nucléaire. Les tensions qui n’ont fait que redoubler depuis expliquent probablement la sévérité de la sentence rendue par la Cour suprême, estiment les analystes.​

​Deux autres Américains sont actuellement détenus par le Nord, où un pasteur canadien de 60 ans a été condamné le mois dernier à la prison à vie assortie de travaux forcés pour sédition. La Corée du Nord s’est déjà servie dans le passé de la détention de ressortissants américains comme monnaie d’échange pour obtenir la visite de personnalités, comme les anciens présidents américains Jimmy Carter ou Bill Clinton.

Sujets liés