Des policiers des forces spéciales belges à proximité de la zone des fusillades à Bruxelles, le 15 mars 2016
Des policiers des forces spéciales belges à proximité de la zone des fusillades à Bruxelles, le 15 mars 2016 — EMMANUEL DUNAND AFP

TERRORISME

Fusillade à Bruxelles: La chasse à l'homme continue

Deux hommes sont toujours activement recherchés…

Près de 48 heures après la fusillade qui a éclaté à Bruxelles, la chasse à l’homme se poursuit. Deux hommes sont toujours recherchés après une opération antiterroriste liée aux attentats de Paris qui a révélé l’existence d’une cellule apparemment liée à Daesh.

Selon les rares éléments ayant filtré, la perquisition qui a dégénéré en fusillade ce mardi visait à vérifier si deux frères liés au grand banditisme, dont le nom est apparu dans l’enquête sur les caches ayant servi aux auteurs des attaques du 13 novembre à Paris, avaient séjourné dans un appartement de Forest.

La planque de Charleroi et l’appartement de Forest loués par Khalid El Bakraoui

Les enquêteurs avaient établi un possible lien entre l’appartement de Forest et une cache à Charleroi (au sud de Bruxelles) occupée par l’un des commandos de Paris juste avant leur départ pour la France.

A Charleroi, la police avait relevé des traces ADN de Chakib Akrouh, qui s’est fait exploser cinq jours après les attentats dans un appartement de Saint-Denis (nord de Paris), ainsi que des empreintes digitales d’Abdelhamid Abaaoud, considéré comme l’un des principaux organisateurs des attaques ayant fait 130 morts, et de Salah Abdeslam, suspect clé toujours en fuite.

Selon le quotidien De Standaard, la planque de Charleroi, tout comme l’appartement de Forest, ont été loués sous un faux nom par un certain Khalid El Bakraoui, un Bruxellois de 27 ans condamné à cinq ans de prison en 2011 pour des vols de voitures avec violence.

Son frère, Ibrahim El Bakraoui, a été condamné à Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov après le braquage d’un agent de change en 2010, selon le quotidienLa Dernière Heure.

Les deux fugitifs « ne seraient pas les frères El Bakraoui »

Mardi, les policiers avaient pour mission de vérifier si les deux frères El Bakraoui séjournaient dans l’appartement de Forest. Mais ils avaient peu d’espoir de les trouver, le raccordement à l’eau courante et à l’électricité ayant été coupé depuis plusieurs semaines, a confirmé une source proche de l’enquête.

Mais selon De Standaard, les deux fugitifs « ne seraient pas les frères El Bakraoui ». Le parquet fédéral belge s’est refusé à tout commentaire.

Une cellule djihadiste qui préparait une vague d’attaques ?

L’opération antiterroriste de mardi a « manifestement » surpris une cellule djihadiste, ou un « embryon de cellule », selon l’expert en contre-terrorisme Claude Moniquet, cofondateur d’un centre d’analyse stratégique basé à Bruxelles, l’European strategic Intelligence and Security Center.

Elle vient surtout confirmer les craintes des services de renseignement d’une vague d’attaques coordonnées en préparation dans toute l’Europe, estime l’ancien agent de la DGSE.

Le Premier ministre belge Charles Michel a exhorté ce mercredi la population belge à « rester calme et à garder son sang-froid » et annoncé que l’alerte antiterroriste dans le pays avait été maintenue au niveau 3 (sur 4 possibles), ce qui signifie que « la menace est possible et vraisemblable ».