Etats-Unis: La plainte du chauffeur Uber accusé de meurtres était un canular

JUSTICE Jason Dalton a tué six personnes et blessé deux autres…

H. B.

— 

Jason Brian Dalton a été inculpé pour six meurtres à Kalamazoo dans le Michigan, le 22 février 2016.
Jason Brian Dalton a été inculpé pour six meurtres à Kalamazoo dans le Michigan, le 22 février 2016. — CAPTURE VIDEO

Jason Dalton, un Américain de 45 ans, avait semé la mort le 20 février dans le Michigan, en tirant sur des personnes choisies au hasard. Le chauffeur, qui travaillait pour la société Uber, avait alors tué six personnes et blessé deux autres passants.

Après avoir indiqué à la police qu’il avait agi sur instruction de l’application du service de réservation, la chaîne américaine CNN avait révélé que Jason Dalton avait décidé de déposer plainte contre la compagnie de chauffeur privé, réclamant ainsi 10 millions de dollars, soit environ 8,9 millions d’euros. Il s’agissait en fait d’un canular.

La plainte, un faux bien réalisé

Ce n’était pas une fausse rumeur, mais un canular bien élaboré. Les enquêteurs ont en effet indiqué que la plainte contre Uber reçue par un tribunal fédéral au nom du tueur du Michigan était en réalité un faux. La plainte était pourtant réalisée en bonne et due forme.

Interrogé par le quotidien du Michigan Live, un représentant du shérif du comté de Kalamazoo a indiqué que Jason Dalton « n’avait aucune idée de ce que c’est ». « Il dit qu’il ne l’a pas envoyée, qu’il ne l’a pas autorisée qu’il ne sait pas qui l’a fait ».

« La tête du Diable » sur l’application

Après son arrestation, Jason Dalton a expliqué aux policiers qu’après avoir ouvert l’application Uber, un symbole ressemblant à la tête du Diable était apparu et « c’est quand les problèmes ont commencé ». Il a également déclaré que l’application « donnait une mission et prenait littéralement le contrôle du corps tout entier ».

>> A lire aussi : Il agresse un chauffeur d’Uber et réclame des dommages et intérêts

Le procureur a indiqué qu’un juge avait ordonné une évaluation psychologique du chauffeur, qui risque un emprisonnement à vie sans remise en liberté possible.