Norvège: Breivik luttera pour le nazisme «jusqu'à sa mort»

JUSTICE Au deuxième jour de son procès contre l’État sur ses conditions de détention, l’extrémiste de droite affiche fièrement ses convictions…

20 Minutes avec AFP

— 

Anders Breivik lors du 2e jour de son procès.
Anders Breivik lors du 2e jour de son procès. — Lise Aserud / NTB Scanpix

Après son très remarqué salut nazi en début d’audience ce mardi, le terroriste d’extrême droite Anders Breivik a affirmé ce mercredi qu’il lutterait pour le national-socialisme « jusqu’à (sa) mort ».

«Je suis national-socialiste depuis que j’ai 12 ans », a-t-il déclaré, précisant avoir délibérément dissimulé cette allégeance jusqu’en 2014. « Je lutte depuis le national-socialisme depuis 25 ans et je vais lutter pour lui jusqu’à ma mort », a-t-il ajouté, en lisant une intervention écrite à l’avance.

« L’État essaie de me tuer »

Lorsqu’il a décliné son identité, il s’est présenté comme « secrétaire du parti politique État nordique », formation extrémiste qu’il essaie de monter depuis sa prison. La juge a coupé court, soulignant qu’il lui fallait s’en tenir à ses conditions de détention.

>> A lire aussi : Breivik veut créer un parti «fasciste» pour éviter un nouveau recours à la «barbarie»

Dans ce procès, le détenu de 37 ans accuse la Norvège de traitement « inhumain » et « dégradant ».  « Depuis cinq ans, l’État essaie de me tuer » avec l’isolement carcéral, a accusé Breivik. « Je ne crois pas que beaucoup auraient réussi à survivre aussi longtemps que je l’ai fait ».

En guerre contre le multiculturalisme

Assurant avoir été traité « comme un animal » et « poussé au suicide », il a assuré avoir été « près de craquer dans le passé ». Et « je suis près de craquer maintenant », a-t-il affirmé.

Se disant en guerre contre le multiculturalisme, Breivik avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011, huit en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo et 69 autres en ouvrant le feu sur un camp d’été de la Jeunesse travailliste.