Turquie: Une militante du PKK à l'origine de l'attentat d'Ankara, 11 suspects arrêtés

TERRORISME Au total, 11 suspects ont été arrêtés, a indiqué le Premier ministre Ahmet Davutoglu...

20 Minutes avec AFP
— 
La police sur le site d'une explosion, le 13 mars 2016 à Ankara
La police sur le site d'une explosion, le 13 mars 2016 à Ankara — ADEM ALTAN AFP

Au total, 11 personnes présumées en lien avec l’attentat-suicide d’Ankara qui a fait au moins 36 morts ce dimanche ont été arrêtées, a déclaré lundi le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

Par ailleurs, des « éléments sûrs » impliquent les rebelles du PKK, toujours selon le Premier ministre. Plus tôt dans la journée, un responsable turc avait indiqué que l’un des auteurs serait une femme liée aux rebelles kurdes.

D’après cette même source, la militante présumée, Seher Cagla Demir, avait rejoint les rangs du PKK en 2013. Le bilan de cette attaque à la voiture piégée est lourd : au moins 36 personnes sont mortes et 120 sont blessées, selon un nouveau bilan communiqué par les autorités turques.

De quatre à six suspects arrêtés à Sanliurfa

La police turque a par ailleurs arrêté de quatre à six suspects lundi dans la ville de Sanliurfa (sud-est) en lien avec l’attentat à la voiture piégée.

La police a procédé à ce coup de filet sur la foi d’une information indiquant que le véhicule utilisé dans l’attaque avait été acheté dans cette ville du sud-est à forte majorité kurde proche de la frontière avec la Syrie, selon l’agence de presse progouvernementale Anatolie. L’agence de presse Dogan a quant à elle fait état de six interpellations dans cette opération.

Le véhicule a été acheté chez un concessionnaire de la ville puis conduit jusqu’à Ankara, selon ces deux médias.

Un deuxième kamikaze ?

Les autorités gouvernementales ont par ailleurs annoncé qu’au moins un des auteurs de l’attaque avait été tué et évoqué la possibilité d’un deuxième « kamikaze ».

Cet attentat suicide survenu dans le cœur de la capitale turque n’a pour l’instant pas été revendiqué mais son mode opératoire le rapproche de celui commis le 17 février dernier, dans le même quartier, qui avait visé des bus transportant des personnels militaires et coûté la vie à 29 personnes.

Riposte de l’armée turque

L’aviation turque a immédiatement riposté ce lundi en bombardant des bases du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l’Irak.

Ces frappes menées par au total 11 avions de combat ont visé notamment la zone de Kandil, dans les montagnes de l’extrême nord de l’Irak, où sont retranchés les chefs rebelles du PKK, a précisé l’état-major dans un communiqué.

Reprise du conflit kurde

La Turquie est secouée depuis l’été dernier parla reprise du conflit kurde. D’intenses combats opposent ses forces de sécurité au PKK dans de nombreuses villes du sud-est du pays, peuplé en majorité de Kurdes. Ils ont fait de nombreuses victimes dans les deux camps et tué des dizaines de civils.

Ces affrontements ont fait voler en éclats les pourparlers de paix engagés par le gouvernement turc avec le PKK à l’automne 2012.