Corée du Nord: Pyongyang menace de lancer «un blitzkrieg» en Corée du Sud

MONDE Le gouvernement nord-coréen a une nouvelle fois réagi ce samedi aux manoeuvres annuelles menées conjoitement par les forces sud-coréennes et américaines...

C.P. avec AFP
— 
Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un,à Pyongyang le 13 février 2016
Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un,à Pyongyang le 13 février 2016 — KNS KCNA

Un «dernier avertissement»? Alors que les manoeuvres américano-sud-coréennes annuelles des forces sud-coréennes et américaines, qui provoquent à chaque fois la colère de Pyongyang, sont en cours, l'agence KCNA, citant un communiqué du commandement militaire, a agité la possibilité d'«une frappe préemptive contre les groupes ennemis« qui participent à ces exercices.

«C'est le dernier avertissement de la RPDC à Obama et ses amis»

Pyongyang envisage de lancer en réplique à ces manoeuvres «un blitzkrieg», «une opération pour libérer toute la Corée du Sud y compris Séoul«, selon KCNA.

Plus tard samedi, les médias officiels nord-coréens ont affirmé que Pyongyang se réservait le droit de lancer une «attaque nucléaire préventive» et lancé un dernier avertissement à Washington.

«Une guerre nucléaire contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC - Corée du Nord) entraînerait la fin des Etats-Unis», a affirmé un article publié dans le journal nord-coréen Rodong Sinmun. «C'est le dernier avertissement de la RPDC à Obama et ses amis».

En réaction, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a appelé Pyongyang à cesser ses menaces et ses provocations, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Menaces quotidiennes et sanctions renforcées

Depuis le début des manoeuvres américano-sud-coréennes, qui sont cette année les plus importantes jamais effectuées, la Corée du Nord lance quotidiennement des avertissements envers les deux alliés et les menace notamment de frappes nucléaires préventives.

Plus de 17.000 soldats prennent part à ces manoeuvres --12.200 militaires américains et 5.000 sud-coréens-- qui se déroulent dans le port de Pohang (sud-est), selon un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

Les tensions dans la péninsule n'ont cessé de croître depuis que la Corée du Nord a effectué un quatrième essai nucléaire en janvier, puis un tir de fusée à longue portée en février, en violation de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le Conseil de sécurité a ensuite considérablement alourdi les sanctions internationales qui pesaient déjà sur le régime nord-coréen, le plus isolé au monde.