Intervention en Libye: Pour Barack Obama, Nicolas Sarkozy voulait «claironner»

DIPLOMATIE A dix mois de la fin de son mandat, le président américain évoque l'action de la coalition en Libye et tacle les dirigeants européens...

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama pour son dernier discours sur l'état de l'Union, le 12 janvier 2016, à Washington.
Barack Obama pour son dernier discours sur l'état de l'Union, le 12 janvier 2016, à Washington. — E.VUCCI/AFP

Barack Obama se lâche. Dans un entretien paru ce jeudi dans le magazine The Atlantic, le président américain critique ouvertement les dirigeants européens sur l’intervention militaire en Libye en 2011. David Cameron a été « distrait » par d’autres choses et Nicolas Sarkozy voulait « se mettre en avant », a-t-il déclaré.

Dans cette interview, Barack Obama revient sur les conditions dans lesquelles une coalition conduite par la France et la Grande-Bretagne, relayée par la suite par l’Otan, a mené en 2011 des raids aériens en Libye, qui ont ensuite conduit à la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

David Cameron a été « distrait par d’autres choses »

« La Libye est plongée dans le chaos », constate le président américain. « Lorsque je me demande pourquoi cela a mal tourné, je réalise que j’étais convaincu que les Européens, étant donné la proximité de la Libye, seraient plus impliqués dans le suivi », affirme le président américain.

>> A lire aussi : VIDEO. Libye, retour sur cinq ans d'instabilité

Le Premier ministre britannique David Cameron a ensuite été « distrait par d’autres choses », explique-t-il.Le président français Nicolas Sarkozy « voulait claironner ses succès dans la campagne aérienne alors que nous avions détruit toutes les défenses anti-aériennes », dit-il encore.

Depuis l’intervention en 2011, l’Etat libyen s’est effondré, les milices rivales se disputent le pouvoir, et l’organisation Etat islamique (EI) a profité de la situation pour monter en puissance.