Election américaine 2016: Mitt Romney bien déterminé à faire tomber Donald Trump

ETATS-UNIS L'ancien candidat à la Maison Blanche a passé quinze minutes à torpiller le favori de la primaire républicaine, jeudi...

Philippe Berry

— 

Photomontage des républicains Mitt Romney et Donald Trump.
Photomontage des républicains Mitt Romney et Donald Trump. — 20 MINUTES / PHOTOS AP/SIPA

L’humoriste John Oliver n’est pas le seul à vouloir faire tomber Donald Trump. L’encadrement du parti républicain a visiblement décidé de tout faire pour barrer la route au candidat milliardaire. Et c’est l’ancien candidat Mitt Romney qui endosse l’étoile du shérif pour remettre de l’ordre dans la maison. Reste à voir si les électeurs, qui plébiscitent pour l’instant Trump, notamment pour exprimer leur colère face aux manigances de Washington, apprécieront.

Jeudi, Mitt Romney a tenu un discours de 17 minutes dans lequel il a passé son temps à tirer des scuds sur Trump. « Laissez-moi le dire clairement, si nous, républicains, choisissons Donald Trump comme candidat, les chances d’un avenir prospère et sûr seront profondément amoindries », a-t-il commencé.

« Malhonnête, misogyne, cupide »

Romney a listé quelques adjectifs peu flatteurs pour qualifier Trump : « Malhonnête, misogyne, cupide ». « Je comprends la colère des Américains aujourd’hui », a-t-il souligné. Mais Donald Trump « dirige notre colère vers des objectifs loin d’être nobles. Il fait des boucs émissaires des musulmans et des immigrés mexicains, il appelle à employer la torture et à tuer les enfants et les proches innocents des terroristes », a-t-il dénoncé.

Alors que Trump met en avant ses succès de businessman, Mitt Romney a dénoncé ses « faillites », qui ont « anéanti les petites entreprises et les hommes et femmes qui y travaillaient ». « Il a hérité » de son empire, « il ne l’a pas construit », a-t-il asséné. « Le pays plongerait dans une récession prolongée » sous une présidence Trump, a-t-il assuré.

« Un loser », répond Trump

Donald Trump a réagi sur Twitter. « Pourquoi Mitt Romney m’avait-il supplié de le soutenir il y a quatre ans », a-t-il ironisé, avant de le traiter « loser » (perdant) sur CNN.

Ce n’est pas la première passe d’armes entre les deux hommes. La semaine dernière, Romney a appelé Trump à publier sa déclaration d’impôts, prédisant un « cataclysme ». L’intéressé a promis de s’exécuter mais affirme que cela « prend du temps » car il a la déclaration « la plus compliquée du monde ».

Trump menace de se présenter comme indépendant

Avec ses multiples attaques contre Trump, le parti républicain mise sur deux scénarios : soit celui de l’union derrière un autre candidat comme Cruz ou Rubio, soit celui de la division du vote, afin de maintenant Trump sous la barre des 50 % de délégués. Auquel cas, le parti pourrait choisir son candidat lors d’une convention « ouverte », cet été.

Mais Trump a déjà prévenu : même s’il a promis de ne pas se présenter comme candidat indépendant face à un autre républicain – ce qui ouvrirait un boulevard à Hillary Clinton – il pourrait encore changer d’avis. « Je vois ces attaques de l’encadrement du parti, qui me traite de manière injuste. Mais si je m’en vais, en indépendant ou pas, ces millions de personnes qui me soutiennent, elles viennent avec moi », a-t-il averti sur NBC, jeudi matin. La convention de Cleveland, fin juillet, promet d’être cordiale.