Sanctionnée, la Corée du Nord répond par un tir de missiles en mer du Japon

ARMEMENT Six projectiles apparemment dotés d'une portée de 100 à 150 kilomètres ont été tirés  au large de ses côtes orientales...

H. B.

— 

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un,à Pyongyang le 13 février 2016
Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un,à Pyongyang le 13 février 2016 — KNS KCNA

La Corée du Nord a répondu à sa manière aux nouvelles sanctions internationales adoptées contre elle ce mercredi. Pyongyang a tiré jeudi des projectiles à courte portée au large de ses côtes orientales, selon Séoul.

Six projectiles dotés apparemment d’une portée de 100 à 150 km ont été tirés en mer du Japon à 10 heures (1h GMT), a annoncé le ministère sud-coréen de la Défense.

La Corée du Sud vigilante

Le porte-parole, Moon Sang-gyun, a déclaré que le ministère était toujours en train de tenter de déterminer s’il s’agissait de missiles à courte portée ou de fusées. «La Corée du Sud surveille tout mouvement supplémentaire que pourrait faire le Nord », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Tir de fusée en Corée du Nord, d’où vient la technologie de Pyongyang?

Mercredi, le Conseil de sécurité des Nations unies venait d’imposer une nouvelle série de lourdes sanctions contre la Corée du Nord après les derniers essais nucléaire et balistique menés par le régime communiste. Cette résolution du Conseil, présentée par les Etats-Unis, a été adoptée à l’unanimité, y compris par la Chine, seul allié de Pyongyang.

Des sanctions « très lourdes »

Ces sanctions « sont parmi les plus lourdes jamais adoptées contre un pays », a souligné l’ambassadeur britannique Matthew Rycroft, tandis que son homologue français François Delattre saluait « des sanctions sans précédent mais ciblées ».

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ancien chef de la diplomatie sud-coréenne, a espéré que « cette réponse ferme du Conseil mette fin au cycle de provocations et mène à une reprise du dialogue ».

La Corée du Nord tire à intervalles réguliers des missiles ou des fusées pour signifier son mécontentement vis-à-vis de ses voisins et plus largement de la communauté internationale.