Fidji: Caché dans une glacière, un bébé de 8 mois survit à l'ouragan Winston

CHANCEUX Waseroma est resté quatorze heures sans pleurer dans son abri de fortune et sous une pluie battante…

20 Minutes avec agence

— 

Photo non datée, fournie par le gouvernement des îles Fidji le 22 février 2016, montrant des habitants récupérant leurs possessions dans les décombres d'une maison après le passage du cyclone Winston dans l'ouest des Fidji.
Photo non datée, fournie par le gouvernement des îles Fidji le 22 février 2016, montrant des habitants récupérant leurs possessions dans les décombres d'une maison après le passage du cyclone Winston dans l'ouest des Fidji. — FIJI GOVERNMENT FIJI GOVERNMENT

Il est resté « impassible malgré le déluge », assure son père Waisake Bukaroro. « Il », c’est Waseroma, ce bébé de huit mois qui fait la une des médias dans le Pacifique et notamment aux îles Fidji, sévèrement touchées le mois dernier par le violent cyclone Winston. 

Le 20 février, le village de Nasaisaivua, où des maisons et les deux églises ont déjà été détruites, se prépare à essuyer des rafales de vent encore plus violentes. La famille Bukaroro se divise alors. Maman et deux de ses enfants vont dans la salle communale, tandis que le papa installe son plus jeune fils de huit mois dans une glacière en prenant soin de la refermer.

Le bébé était protégé par le couvercle de la glacière et un tee-shirt

Les choses se gâtent quand le bâtiment communal subit de plein fouet l’ouragan, empêchant le père et son enfant d’y rejoindre le reste de la famille. Les deux trouveront refuge dans la salle de bains d’une maison ayant déjà perdu son toit. Ils y resteront quatorze heures, attendant que le cyclone perde de sa force.

 

 

Pendant tout ce temps, le père a régulièrement regardé si son fils respirait en retirant le couvercle de la glacière. Le bébé protégé par le couvercle de la glacière et un tee-shirt n’aura pas bougé, ni pleuré. Il aura même dormi profondément bien inconscient du danger que pouvait représenter Winston, a assuré l’heureux papa.