VIDEO. Virus Zika: 139 décès de bébés et 641 cas de microcéphalie au Brésil

SANTE Avec près d’un million et demi de cas, le pays d’Amérique du Sud est le plus touché par l’épidémie…

20 Minutes avec AFP

— 

En Inde, des laboratoires tentent de développer un vaccin contre le virus Zika.
En Inde, des laboratoires tentent de développer un vaccin contre le virus Zika. — NOAH SEELAM / AFP

Le bilan de l'épidémie du virus Zika ne cesse de s'aggraver. Quelque 641 nourrissons brésiliens sont atteints de microcéphalie et 139 bébés sont morts à cause de cette maladie au Brésil depuis le début de l'épidémie en octobre 2015.

Le nombre de malades est 9,9% supérieur à celui donné la semaine dernière par le ministère. Le gouvernement examine toujours 4.222 cas de malades de microcéphalie, qui s'ajoutent aux 1.046 cas écartés. 

>> A voir aussi : La carte des pays touchés

1,5 million de cas au Brésil

Début février, l'Organisation mondiale de la Santé avait estimé qu'un possible lien entre Zika et l'explosion des cas de malformations congénitales devait être étudié et constituait donc «une urgence de santé publique de portée internationale».

Le Brésil, qui compte désormais 1,5 million de cas, avait sonné l'alarme en octobre 2015, lors de l'apparition d'un nombre inhabituellement élevé dans le nord-est du pays de cas de microcéphalie. Le gouvernement a établi grâce à des analyses en laboratoire que les mères de 82 bébés atteints de microcéphalie avaient contracté le virus Zika.

>> A lire aussi : Un premier cas de transmission par voie sexuelle en France

Des cas du syndrome de Guillain-Barré

Le virus Zika, transmis par le moustique Aedes aegypti, provoque des symptômes grippaux bénins (fièvre, maux de tête, courbatures). Mais il est aussi soupçonné, quand il touche une femme enceinte, d'entraîner une grave malformation congénitale du foetus, la microcéphalie (réduction du périmètre crânien, néfaste au développement intellectuel).

Des chercheurs ont également établi que le virus Zika peut aussi déclencher un trouble neurologique grave, le syndrome de Guillain-Barré.