Une mystérieuse disparition et beaucoup de suppositions

A. Le G.

— 

Quatre mois après la disparition au Portugal de leur fille Madeleine, dans laquelle ils nient farouchement toute implication, Kate et Gerry McCann sont rentrés dimanche en Grande-Bretagne, où ils entendent préparer leur défense.
Quatre mois après la disparition au Portugal de leur fille Madeleine, dans laquelle ils nient farouchement toute implication, Kate et Gerry McCann sont rentrés dimanche en Grande-Bretagne, où ils entendent préparer leur défense. — Francisco Leong AFP

Dès aujourd'hui, la police portugaise doit reprendre les fouilles dans la zone de Praia da Luz, au Portugal, où a disparu Maddie et où les enquêteurs veulent «retrouver le corps . Pour le directeur adjoint de la police judiciaire (PJ) de Faro, Guilhermno Encarnaçao, «l'hypothèse de la mort de Maddie» prend en effet «de plus en plus de consistance». Ses parents ont beau jurer de leur «totale innocence», la police portugaise, qui ne communique rien de l'enquête (voir encadré), semble considérer qu'elle dispose de suffisamment d'éléments pour les mettre en examen. Retour sur les nombreuses zones d'ombre de la disparition.

- La soirée du 3 mai Ce soir-là, les McCann auraient couché leurs enfants vers 19 h 30. Aux alentours de 20 h, ils ont rejoint des amis pour dîner à moins de 100 m de l'appartement, faisant des rondes, à tour de rôle, toutes les demi-heures. Vers 22 h, Kate McCann s'est aperçue que Madeleine avait disparu. Elle serait alors revenue en criant : «Ils l'ont enlevée!» Une phrase qui suscite l'interrogation des enquêteurs : pourquoi Kate McCann a-t-elle tout de suite considéré que Madeleine avait été enlevée ?

- Pas de baby-sitter, mais des sédatifs ? Les parents ont formellement démenti avoir administré des somnifères à leurs enfants. Mais des sources policières auraient affirmé que les jumeaux dormaient si profondément la nuit du 3 mai qu'ils ne se sont jamais réveillés, malgré la présence de nombreux enquêteurs dans l'appartement. Des éléments sur lesquels s'appuie la presse portugaise pour affirmer que Maddie aurait succombé à une surdose de médicaments.

- L'ADN de Maddie Cette dernière théorie s'est trouvée confortée par la découverte, la semaine dernière, de l'ADN de la fillette dans la voiture que ses parents ont louée... vingt-cinq jours après sa disparition. Un élément troublant sur lequel le journal britannique The Observer est néanmoins revenu hier, révélant, que, selon des sources proches de l'enquête, ces traces étaient trop dégradées pour être véritablement fiables.