Plus de 7.000 migrants bloqués à la frontière gréco-macédonienne

IMMIGRATION La situation est très tendue au poste grec d'Idoméni, à la frontière macédonienne, où plus de 7.000 migrants et réfugiés sont bloqués...

Hakima Bounemoura

— 

Des migrants à la frontière gréco-macédonienne le 24 février 2016
Des migrants à la frontière gréco-macédonienne le 24 février 2016 — Robert ATANASOVSKI AFP

Plus de 7.000 migrants étaient bloqués ce lundi à la frontière gréco-macédonienne, à nouveau fermée. A l’aube, près de 300 migrants, en majorité des Irakiens et Syriens, avaient toutefois été autorisés à passer.

Pendant toute la journée de dimanche, la Macédoine n'avait laissé quasiment aucun migrant traverser la frontière. C’est le premier pays sur la route des Balkans, empruntée par les migrants qui arrivent sur les îles grecques en provenance des côtes turques et à destination des pays de l’Europe centrale et du Nord.

Des heurts entre migrants et policiers

Ce lundi, des centaines de migrants ont à nouveau tenté de forcer les barrières au poste d’Idomeni, à la frontière entre la Grèce et la Macédoine. La police macédonienne a tiré des gaz lacrymogènes contre un groupe de 300 Syriens et Irakiens qui jetaient des pierres. Après avoir forcé un cordon policier grec, quelques migrants ont envahi la voie ferrée et cassé une partie de la barrière de barbelés marquant la frontière avec la Macédoine.

70.000 migrants pourraient être bloqués dans le pays en mars

Après des restrictions imposées la semaine dernière par l'Autriche, la Croatie, la Slovénie, membres de l'UE, ainsi que par la Macédoine et la Serbie, qui ont limité le nombre de migrants autorisés sur leurs territoires, la Grèce a averti que près de 70.000 personnes risquaient d'être bloquées dans le pays en mars contre 22.000 actuellement.