Cyclone Winston aux Iles Fidji: La France envoie une aide humanitaire

CATASTROPHE Deux avions et un hélicoptère ont acheminé du matériel et des secours pour venir en aide aux sinistrés du pire cyclone de l'histoire de l'archipel...

20 Minutes avec AFP

— 

Une école détruite par le cyclone Winston dans le village de Naiyavu, photographiée le 23 février 2016.
Une école détruite par le cyclone Winston dans le village de Naiyavu, photographiée le 23 février 2016. — AFP

Les secours s’organisent après la catastrophe. Comme d’autres pays, la France a envoyé depuis la Nouvelle-Calédonie deux avions militaires chargés de secours pour venir en aide aux îles Fidji, frappées par le cyclone Winston.

« Les autorités fidjiennes ont surtout demandé que nous fournissions des vecteurs permettant d’acheminer l’aide humanitaire dans les endroits les plus reculés de l’archipel », a expliqué ce jeudi le général Philippe Léonard, commandant des FANC (Forces armées de Nouvelle-Calédonie). « Pour cette raison, nous avons engagé nos deux avions Casa, qui sont des avions tactiques, permettant de se poser sur des pistes relativement courtes », a-t-il précisé. Fidji se situe à 1 500 km dans l’est de la Nouvelle-Calédonie.

Matériel de reconstruction, kits d’hygiène et de cuisine

Parti mercredi, un premier Casa est déjà sur place. Il avait à son bord trois tonnes de matériel fourni par la Croix-Rouge, dont du matériel de reconstruction, des bâches, des kits d’hygiène et de cuisine.

Un second appareil est parti ce jeudi à la mi-journée, transportant notamment une station de potabilisation de l’eau et deux bénévoles de la Croix-Rouge.

Dès lundi, un hélicoptère civil avait été mis à disposition des autorités fidjiennes par la France pour des missions de reconnaissance.

L’aide de la France s’organise en concertation avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande dans le cadre de l’accord Franz, signé en 1992, qui prévoit une coopération au profit des Etats insulaires du Pacifique en cas de catastrophes naturelles.

Selon un dernier bilan, Winston, cyclone de catégorie 5 accompagné de vents soufflant jusqu’à 325 km/h - le pire de l’histoire de l’archipel -, a fait 42 morts aux îles Fidji (900 000 habitants), dans la nuit du 20 au 21 février.