VIDEO. Lutte contre Daesh: La France mènerait des opérations militaires secrètes en Libye

CONFLIT Les forces militaires françaises agiraient ponctuellement en Libye contre des cadres du groupe terroriste Daesh dans le pays, rapporte «Le Monde»…

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Les lieux d'un bombardement contre une maison et un camp d'entraînement tenu par Daesh en Libye, à l'ouest de Sabratha, le 19 février 2016.
Les lieux d'un bombardement contre une maison et un camp d'entraînement tenu par Daesh en Libye, à l'ouest de Sabratha, le 19 février 2016. — MOHAME BEN KHALIFA/AP/SIPA

Une guerre qui tairait son nom. Les forces militaires françaises frapperaient ponctuellement et de manière ciblée des cadres du groupe terroriste Daesh en Libye, rapporte Le Monde (édition abonnés) ce mercredi. La France, par ses forces spéciales, travaillerait de concert avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni alors que 3.000 à 5.000 combattants djihadistes seraient présents dans ce pays d’Afrique du nord.

>> A lire aussi: Libye, Irak, Syrie: Où sont répartis les combattants de Daesh?

Deux types d’opérations militaires seraient menés par les Français, continue le quotidien. Les non-officielles, discrètes, menées par les soldats sous uniforme. Et les actions clandestines, menées par des soldats « en civil », organisées par le service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Ces forces conduiraient des éliminations ciblées, telle que celle, en novembre du plus haut responsable de Daesh en Libye, l’Irakien Abou Nabil.

« Nous nous préparons sur des scénarios durs en mer »

Une coalition militaire étrangère au sol en Libye a, jusqu’à présent, été refusée par la Libye et les Occidentaux. Ces derniers craignent en effet de reproduire le scénario de 2011, qui a conduit à la chute du dictateur Kadhafi et au chaos dans le pays. « En exerçant une pression nouvelle sur [le groupe terroriste] Etat islamique, l’on risque, en outre, de déplacer le problème vers la fragile Tunisie », explique Le Monde.

Le quotidien rappelle en outre que le groupe Daesh dispose, pour la première fois, d’un accès à une côte en Méditerranée. « Nous nous préparons sur des scénarios durs en mer », commente l’état-major de la marine française, en réponse à cette nouvelle menace.

>> A voir: Diaporama: La Libye au bord du chaos

La réponse du ministère de la Défense ne s'est pas faite attendre ce mercredi matin. Après la publication des informations du Monde sur la présence en Libye de forces spéciales françaises, le ministre Jean-Yves Le Drian a lancé une  enquête pour «compromission du secret de la défense nationale» à la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD),  rapporte Le Point. L'hebdo rapporte que cette procédure, prévue par l'article 413-10 du Code pénal, vise à connaître les sources du quotidien. L'infraction est passible de trois ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.