Primaire républicaine: Avec le Nevada, Donald Trump remporte une troisième victoire écrasante

ETATS-UNIS Le candidat milliardaire à la présidence côté républicains est plus que jamais le patron...

Philippe Berry
— 
Le républicain Donald Trump, victorieux dans le Nevada, le 23 février 2016.
Le républicain Donald Trump, victorieux dans le Nevada, le 23 février 2016. — M.SANCHEZ/AP/SIPA

De notre correspondant aux Etats-Unis,

Trois sur quatre. On vous expliquait le 1er février que Donald Trump était le grand favori de la primaire républicaine. Il l’a un peu plus confirmé, mardi soir, en remportant le caucus du Nevada. C’est sa troisième victoire d’affilée après le New Hampshire et la Caroline du Sud. Marco Rubio, qui devrait finir deuxième, semble désormais être le seul à avoir une petite chance de faire barrage au milliardaire.

Une victoire écrasante pour Trump

Alors que le dépouillement est toujours long dans le Nevada, Trump devrait l’emporter avec 44 % des voix. Il profite du climat anti-Washington actuel, alors que six électeurs républicains sur dix se disent « en colère » et à la recherche d’un outsider.

Derrière, Rubio semble avoir bénéficié de l’abandon de Jeb Bush et devrait terminer second, autour de 25 %. Accusé par tous ses adversaires de flirter avec la ligne jaune, Ted Cruz, qui vient de virer son directeur de la communication, va finir troisième et semble coincé sous un plafond de 20-22 % des suffrages. Ben Carson et John Kasich, moins de 10 % à eux deux, ne servent plus à rien (si ce n’est à aider Trump en divisant les voix).

« Winning, winning, winning »

« On a gagné chez les jeunes, chez les hommes, chez les femmes, chez les diplômés, chez les moins diplômés, et même chez les hispaniques », a lancé Trump, les pouces levés, sous les chants « USA, USA, USA ». Dans les faits, il a presque raison, sauf en ce qui concerne les 18-29 ans, qui ont davantage voté pour Rubio. Pour le reste, selon un sondage sorti des urnes, Donald Trump a séduit plus de 40 % des hispaniques. Il faut toutefois relativiser ce chiffre : trois fois plus de Latinos ont voté lors du scrutin démocrate. « We are winning, winning, winning, et bientôt, le pays aussi va gagner. Vous aurez un président et un pays dont vous serez fier », a conclu Trump.

Alors que les cadres du parti républicain cherchent désespérément une solution pour lui barrer la route, les tractations vont battre à plein avant le « Super Tuesday », mardi prochain, lors duquel 25 % des délégués sont en jeu dans une quinzaine d’Etats. Carson et Kasich vont-ils jeter l’éponge ? Rubio et Cruz peuvent-ils se rapprocher ? L’heure tourne. La semaine prochaine, il sera peut-être déjà trop tard.