Israël-Syrie, deux pays en guerre depuis 1948

HISTOIRE Le plateau du Golan au centre des tensions...

M.N

— 

La Syrie n’a jamais reconnu l’existence de l’Etat d’Israël. Un conflit latent de 60 ans qui a été ponctué par trois guerres (guerre israélo-arabe de 1948-1949, guerre des six jours et celle du Kippour).

Quelques heures après la proclamation de l’indépendance de la toute jeune nation israélienne en 1948, une coalition de plusieurs armées arabes entrent en Palestine pour en découdre avec l’armée israélienne. Au sein des forces arabes se trouvent principalement des Egyptiens, des Irakiens, des Jordaniens et Palestiniens. Une guerre perdue par les Etats arabes et à laquelle participe aussi les Syriens avec 6.000 hommes.

Bataille du Golan

En 1948, le plateau du Golan a servi de base aux bombardements réguliers et aux infiltrations de guérilla contre les villages israéliens situés en contrebas. En 1967, c’est la guerre dite «des six jours», un conflit opposant du 5 juin au 11 juin Israël à une coalition formée par l'Égypte, la Jordanie, la Syrie et l'Irak. Des armées qui seront défaites par Israël qui en profite pour conquérir l'ensemble du Golan en deux jours de combat.

La bataille de l’eau

Depuis, la Syrie revendique sa restitution. Six en plus tard, Damas essaie de le reconquérir lors de la guerre du Kippour. Malgré une première avancée sur 60% du plateau, l’armée syrienne est finalement repoussée. Le Golan entrera définitivement dans le giron israélien en 1981, année de l’annexion du plateau par l’Etat Hébreu. Au-delà l’intérêt stratégique militaire du Golan, les deux états ennemis veulent aussi contrôler les richesses hydrauliques dans une région victime de sécheresses: le Golan commande les principales réserves d’eau de la vallée du Jourdain.

Eté 2006

L’autre front entre la Syrie et Israël est un pays: il s’agit du Liban. Depuis le début des années 80 et la guerre du Liban, Damas a constamment utilisé le pays du Cèdre comme base stratégique anti-israélienne. Dernier acte en date: le bombardement du Liban en juillet 2006 par les forces armée israélienne après le kidnapping de deux de ses soldats le long de la frontière israélo-libanaise. Les deux soldats, toujours portés disparus, ont été appréhendé par les milices chiites du Hezbollah (Parti de Dieu), considéré comme un allié stratégique de Damas dans son conflit avec Israël.