Trump pas chrétien? Ce n'est pas «une attaque personnelle » du pape, finalement

POLEMIQUE Le porte-parole de François a tenté de déminer la polémique...

M.P.

— 

Le pape face aux journalistes dans l'avion le ramenant du Mexique à Rome le 18 février 2016
Le pape face aux journalistes dans l'avion le ramenant du Mexique à Rome le 18 février 2016 — ALESSANDRO DI MEO POOL

Finalement, le pape François n’a pas attaqué Donald Trump, en jugeant qu’il n’est pas une personnalité « chrétienne ». Non, il ne s’agit pas d’une « attaque personnelle », a affirmé le porte-parole du pape, Federico Lombardi sur Radio Vatican, ce vendredi. Après un voyage au Mexique, le pape, interrogé sur Donald Trump, le favori de la primaire républicaine, par des journalistes, avait affirmé : « Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne. »

Une déclaration qui n’est pas passée inaperçue aux Etats-Unis, alors que la religion a une place prépondérante de le débat public et politique. « Qu’un leader religieux mette en doute la foi d’une personne est honteux », avait réagi Donald Trump dans un communiqué. Sans doute conscient de la polémique à venir, le pape a tenté de minimiser ses propos en se demandant si Donald Trump avait « prononcé ces choses ainsi ». « Cela lui donne le bénéfice du doute », a-t-il ainsi ajouté.

Rétropédalage

Visiblement, le rétropédalage n’était pas suffisant puisque ce vendredi, le porte-parole du Vatican, Federico Lombari a expliqué : « Ce n’était pas une attaque personnelle ou une indication de vote pour qui que ce soit ». Et d’expliciter : « Le pape a clairement dit qu’il ne voulait pas s’immiscer dans la campagne électorale américaine et également qu’il a dit ce qu’il a dit en se fondant sur des propos rapportés, en lui donnant toutefois le bénéfice du doute ».

Toujours d’après le père Lombardi, le pape n’a rien fait d’autre que rappeler ses convictions : qu’il faut aider les migrants.