Attentats de Paris et Saint-Denis: Salah Abdeslam se serait-il caché à Schaerbeek ?

BELGIQUE La presse belge fait de nouvelles révélations sur l’homme le plus recherché d’Europe…

Clémence Apetogbor

— 

Avis de recherche de  Salah Abdeslam et Mohamed Abrini le 3 décembre 2015 à l'aéroport  Charles-de-Gaulle à Roissy-en-France
Avis de recherche de Salah Abdeslam et Mohamed Abrini le 3 décembre 2015 à l'aéroport Charles-de-Gaulle à Roissy-en-France — KENZO TRIBOUILLARD AFP

Soupçonné d’être impliqué dans les attentats de Paris et de Saint-Denis, le Français de 26 ans Salah Abdeslam est toujours introuvable. Et son parcours après les attaques qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier reste flou.

Dans un premier temps, le ministre de la Justice belge, Koen Geens, avait déclaré à la chaîne belge VTM que Salah Abdeslam « se trouvait vraisemblablement dans une habitation de Molenbeek deux jours après les attentats de Paris ».

 

Salah Abdeslam - V.Lefai/L.Saubadu/S.Malfatto, vl/sim/fh AFP

 

En planque à Schaerbeek

L’appartement dans lequel se situait le terroriste présumé, dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 novembre, était connu par les services de renseignements. Mais la police n’aurait pas pu intervenir en raison d’une loi de 1967 qui interdit les perquisitions entre 21 heures et 5 heures du matin.

Aujourd’hui, le journal belge La Dernière Heure avance que Salah Abdeslam ne se trouvait pas à Moleebeck mais à Schaerbeek, où il serait resté trois semaines après les attentats.

Le quotidien belge explique que le terroriste présumé a été déposé au 86 rue Henri Bergé à Schaerbeek par Ali Oulkadi, le chauffeur qui a pris la relève des deux convoyeurs qui ont mené Salah Abdeslam de Paris à Laeken, Hamza Attou et Mohamed Amri.

>> A lire aussi: Les révélations de l'homme qui a conduit Salah Abdeslam dans Bruxelles au lendemain des attaques

Parti dans la précipitation

Après près de trois semaines passées dans cet appartement situé au troisième étage, le terroriste présumé et ses complices seraient partis dans la précipitation le 4 décembre.

En cause, le déploiement des forces spéciales dans le quartier de la rue Henri Bergé dans le cadre de perquisitions réalisées à Schaerbeek. L’une a été menée chez un trafiquant d’armes tandis que la deuxième avait lieu au domicile d’un homme soupçonné d’appartenir à un groupe terroriste. Aucune interpellation n’a eu lieu à l’issue de ces perquisitions.

Le 9 décembre, la planque du terroriste présumé et de ses complices est également perquisitionnée. Les empreintes de Salah Abdeslam sont retrouvées, ainsi que des traces de TATP et des ceintures cousues à la main et destinées à transporter des explosifs.