Mali: Manuel Valls défend «un combat contre la barbarie» djihadiste

MALI Le Premier ministre a assuré que la France se portait garante de l'accord de paix dans le pays...

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls et Jean-Yves Le Drian sont accueillis par le président malien Boubacar Keita à Bamako, le 18 février 2016.
Manuel Valls et Jean-Yves Le Drian sont accueillis par le président malien Boubacar Keita à Bamako, le 18 février 2016. — MIGUEL MEDINA / AFP

La France livre «un combat essentiel de l'humanité contre la barbarie», a déclaré Manuel Valls, jeudi soir à Bamako. Rappelant l'opération Serval, lancée en janvier 2013 contre les djihadistes qui contrôlaient alors le nord du Mali, le Premier ministre a assuré que la France se portait garante de l'accord de paix dans le pays.

«Aujourd'hui la réconciliation est en marche», s'est félicité le chef du gouvernement français, arrivé dans la soirée accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, en référence à l'accord de paix signé en mai-juin 2015 par le camp gouvernemental et l'ex-rébellion à dominante touareg. «La France continue à se porter garante de cet accord», a-t-il souligné, lors d'une rencontre avec la communauté française, après un premier entretien avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

«Le combat se poursuit aujourd'hui avec l'opération Barkhane. Barkhane est un succès reconnu partout dans le monde», s'est félicité le Manuel Valls, en référence au dispositif de lutte contre les djihadistes qui a remplacé Serval depuis août 2014 et dont le rayon d'action s'étend à l'ensemble sahélo-saharien. «Malgré les épreuves et les dangers, vous êtes restés et d'autres vous ont rejoints», a-t-il également dit à l'intention de la communauté française.