Vol MH370: Les théories (plus ou moins fantaisistes) encore envisagées sur la Toile

CRASH Les internautes rivalisent d’imagination pour expliquer la disparition du vol MH370 il y a deux ans…

F.F.

— 

Illustration: recherches en cours pour retrouver le MH370.
Illustration: recherches en cours pour retrouver le MH370. — Rob Griffith/AP/SIPA

Deux ans après la disparition du vol MH370, l’enquête n’a toujours pas abouti et les zones d’ombre semblent presque plus importantes aujourd’hui qu’hier. De quoi inciter la Toile à trouver des solutions plus ou moins fantaisistes.

Des pilotes suicidaires ou kamikazes. Il fallait un pilote chevronné pour couper le système ACARS de l’avion. C’est justement le cas de Zaharie Ahmad Shah, 53 ans (18.000 heures de vol au compteur), secondé ce 8 mars 2014 de Fariq Ab Hamid, 27 ans (2.700 heures de vol). Des enquêtes poussées ont visé les deux hommes, leur passé, leur santé mentale, leurs antécédents professionnels, leurs engagements politiques… Rien d’anormal n’a été trouvé. C’est la voix de Fariq Ab Hamid qui émet le dernier message venant de l’appareil : « All right, good night. » Pourquoi pas celle du pilote ? L’un des deux était-il suicidaire, comme Andreas Lubitz, le tristement célèbre copilote de la Germanwings ? Non, ont répondu les enquêteurs.



Un incendie causé par du lithium. Le contenu de la soute de l’avion suscite beaucoup de questions. Des piles au lithium, qui auraient fait partie de la cargaison du MH370, auraient pu prendre feu et asphyxier les passagers ainsi que l’équipage. L’avion aurait alors continué à voler en pilote automatique jusqu’à ce qu’il n’ait plus de kérosène et s’abîme.

Un coup de la CIA. Certains internautes s’étonnent que des habitants des Maldives, en plein océan Indien, affirment avoir vu un avion aux couleurs de la Malaysia Airlines voler à basse altitude, le 8 mars 2014. Surtout quand on sait qu’une base américaine se trouve sur l’île britannique Diego Garcia, près de l’archipel des Maldives… Il n’en fallait pas plus pour développer la thèse suivante : s’approchant – pour des raisons inconnues – trop près de la base « sophistiquée » des Etats-Unis, l’avion est abattu par les Américains, qui affirment ne rien savoir à propos de la disparition du MH370… Ou bien l’avion est posé sur la base, avant d’être rebalancé dans l’océan.

Un détournement qui a mal tourné. C’est le moins qu’on puisse dire, puisque l’avion n’a jamais été retrouvé. Si la théorie de l’incendie et du pilote automatique a été mise à mal par le changement de trajectoire de l’avion, il ne peut s’agir pour certains que d’un détournement. Deux passagers iraniens qui se servaient de passeports européens volés attisent depuis le début la curiosité de certains. S’agissait-il de terroristes dont le plan originel aurait fini par mal tourner ? Après vérification des enquêteurs, cette hypothèse semble pourtant écartée : selon des renseignements fournis par Interpol, l’un entendait rejoindre en Allemagne, avec un faux passeport, sa mère et son jeune frère, qui y demandaient l’asile, tandis que l’autre, aurait également prévenu des proches, à Göteborg en Suède, de son intention de rejoindre l’Europe.