Pologne: Lech Walesa accusé d'avoir collaboré avec les communistes

ARCHIVES Le héraut de la révolte contre le régime communiste en Pologne a démenti...

20 Minutes avec AFP

— 

Lech Walesa le 11 février 2015 à Berlin
Lech Walesa le 11 février 2015 à Berlin — MARKUS SCHREIBER POOL

Si l'on en croit des documents saisis par l'Institut polonais de la mémoire nationale (IPN), Lech Walesa, le chef historique du syndicat polonais Solidarnosc, aurait collaboré dans les années 1970 avec les services secrets communistes (SB). Une petite bombe en Pologne puisque celui qui par la suite est devenu président de la Pologne est à l'origine de la chute du communisme.

«Dans son dossier personnel, il y a une enveloppe avec un engagement manuscrit à la collaboration, signé Lech Walesa "Bolek". Parmi les documents que contient ce dossier, il y a aussi des reçus d'argent manuscrits, signés du pseudonyme "Bolek"», a déclaré à la presse le chef de cette institution officielle Lukasz Kaminski. L'ancien président polonais, qui se trouve à l'étranger, a immédiatement démenti sur son blog, comme il l'a fait à maintes reprises dans le passé, tout en reconnaissant avoir eu des contacts avec la SB, mais sans collaborer avec elle.

Des documents authentiques?

«Il ne peut exister de documents venant de moi. S'ils existaient, on n'aurait pas besoin de les fabriquer. Je vais le prouver en justice», a-t-il écrit. Lukasz Kaminski a donné jeudi matin une conférence de presse pour annoncer que de nouveaux documents ont été découverts tout récemment au domicile de l'ancien ministre de l'Intérieur communiste, le général Czeslaw Kiszczak, décédé l'an dernier.

Dans le dossier de travail de «Bolek», qui compte 279 documents et couvre la période 1970-76, a-t-il dit, «on trouve de nombreux rapports et des comptes rendus des rencontres des membres de la SB avec ce dernier». «Certains rapports sont manuscrits et signés du pseudonyme "Bolek"», a-t-il précisé. Un expert archiviste qui a examiné ces documents a jugé qu'ils étaient authentique, a encore dit le chef de l'IPN.

En 2000, un tribunal spécial avait blanchi Lech Walesa des accusations de collaboration avec la SB, un sujet d'incessants débats politiques en Pologne et l'une des causes de polarisation de la société polonaise entre partisans et ennemis du chef historique de Solidarnosc.