Le cinéaste polonais Andrzej Zulawski est mort  

© 2016 AFP

— 

Sophie Marceau et Andrzej Zulawski, le 18 janvier 2000, au Diamonds International Awards à Paris
Sophie Marceau et Andrzej Zulawski, le 18 janvier 2000, au Diamonds International Awards à Paris — PIERRE-FRANCK COLOMBIER AFP

Le cinéaste polonais Andrzej Zulawski est mort mercredi des suites d'un cancer à l'âge de 75 ans, a-t-on appris auprès de l'Association des cinéastes polonais.

«Je confirme son décès», a déclaré à l'AFP une collaboratrice de l'association.

Son fils Xawery, lui aussi réalisateur et scénariste, avait anticipé sa mort sur sa page Facebook, indiquant qu'il était «en phase terminale, hospitalisé pour une thérapie intensive, mais (que) l'avancement de sa maladie ne permettait pas de se faire des illusions».

«Il m'est très difficile de l'écrire, mais c'est important maintenant, quand son dernier film (»Cosmos«, 2015) commence à +vivre sa vie+... Pensez à lui», a-t-il ajouté.

Parti avec ses parents pour Paris à l'âge de cinq ans, Andrzej Zulawski a fait des études à La Sorbonne.

Réalisateur, acteur et écrivain, Zulawski a tourné plusieurs films en France, dont «L'amour braque». Il avait eu trois enfants, dont un fils avec l'actrice française Sophie Marceau. Il s'était séparé d'elle en 2001.

«C'est une grande perte pour le cinéma polonais et mondial», a déclaré Janusz Wroblewski, critique de cinéma. «Nombre de ses films entreront dans l'histoire notamment »La Troisième partie de la nuit« (1971) et le »Le Diable« (1972)», a-t-il ajouté.

«Zulawski a été un réalisateur très radical et novateur pour son époque. Il a su élaborer son propre langage, très personnel et original. Il était provocateur en brisant de nombreux mythes polonais. Et il a introduit l'érotisme dans ses films. (...) Ses films sont aujourd'hui des classiques du cinéma mais, à l'époque, c'étaient des œuvres d'avant-garde», selon Wroblewski.

Zulawski était «un artiste très original, parfois controversé mais toujours fidèle à lui-même», a déclaré mercredi à la télévision privée Polsat le président de l'Association des cinéastes polonais, Jacek Bromski.