Saunas portatifs et lit king-size découverts dans une prison mexicaine

MEXIQUE Le chef emprisonné d'un cartel vivait dans des conditions luxueuses...

20 Minutes avec AFP

— 

La prison de Topo Chico à Monterrey, le 11 février 2016
La prison de Topo Chico à Monterrey, le 11 février 2016 — Julio Cesar Aguilar AFP

Des mini-frigidaires, des aquariums et même des saunas portatifs ont été retrouvés par les autorités mexicaines dans la prison où 49 détenus ont trouvé la mort lors d’une mutinerie. La directrice de l’établissement pénitentiaire de Topo Chico, à Monterrey, dans l’Etat de Nuevo Leon (nord), ainsi que le surintendant, ont été arrêtés suite à la mutinerie survenue jeudi. Ils sont accusés de ne pas avoir fait respecter le règlement intérieur. Un gardien est également poursuivi pour avoir abattu un des détenus.

Lit king-size, écran-plat et baignoire luxueuse

Le leader du cartel de los Zetas Ivan Hernandez Cantu, alias « El Credo » bénéficiait dans sa cellule d’un lit king-size, d’un grand écran-plat et d’une baignoire luxueuse, a indiqué samedi le procureur de l’Etat. « Au moment de l’attaque, une femme se trouvait avec lui », a ajouté l’un des enquêteurs.

Selon les autorités, la bataille a éclaté pour le contrôle de la prison entre Hernandez, et un autre leader de ce cartel, Juan Pedro Zaldivar Farias, alias « Z-27 ». La plupart des victimes ont été tuées à l’arme blanche ou suite à des coups de bâtons lors de l’affrontement, ont-elles précisé.

La fin de « l’auto-gouvernement »

La police a repris le contrôle de la prison et « mis un terme à l’auto-gouvernement exercé par les leaders des groupes criminels avec la complicité de certaines autorités », a indiqué le gouvernement de l’Etat dans un communiqué.

La prison possédait des « cellules luxueuses » avec air conditionné, mini-frigidaires, télévisions, aquariums et saunas portatifs, qui ont été saisis, a-t-il indiqué. Il y avait même des stands de nourriture, des boutiques, et même un bar, gérés par les détenus.

Des privilèges qui appartiennent au passé

Les autorités ont également découvert des centaines de représentations de la « Santa Muerte », la Sainte Mort, une figure squelettique rejetée par le Vatican, mais vénérée par les narcotrafiquants, qui attire de plus en plus de fidèles au Mexique. « Tous ces privilèges appartiennent au passé », a déclaré le responsable de la sécurité publique de l’Etat, Cuauhtemoc Antunez.

Environ 3.800 détenus, parmi lesquels des membres de cartel mais aussi des suspects en attente de jugement, se trouvaient dans cette prison au moment de la mutinerie. L’établissement pénitentiaire souffrait d’une surpopulation de 35 %.

Des proches des prisonniers attendent des informations le 11 février 2016 à l’extérieur de la prison de Topo Chico, dans la ville de Monterrey, au nord-est du Mexique - Julio Cesar Aguilar AFP

 

Les autorités ont transféré 233 détenus, dont les deux leaders rivaux du cartel des Zetas, vers d’autres prisons. Une première inspection, au lendemain du massacre, avait permis de découvrir des couteaux, des marteaux ainsi que de la drogue.