Prêtres pédophiles: Le Vatican ne juge pas nécessaire de prévenir les autorités

VATICAN Dans un document révélé par The Guardian, le Vatican indique à ses évêques qu’ils ne sont pas obligés de dénoncer leurs prêtres coupables d’abus sur mineurs…

C. A.
— 
In this photo taken with a fish-eye lens Pope Francis celebrates a Mass to mark the end of the Synod of bishops, in St. Peter's Basilica at the Vatican, Sunday, Oct. 25, 2015. Catholic bishops called Saturday for a more welcoming church for cohabitating couples, gays and Catholics who have divorced and civilly remarried, endorsing Pope Francis' call for a more merciful and less judgmental church. (AP Photo/Alessandra Tarantino)/ALT101/218837975809/PHOTO TAKEN WITH A FISHEYE LENS/1510251029
In this photo taken with a fish-eye lens Pope Francis celebrates a Mass to mark the end of the Synod of bishops, in St. Peter's Basilica at the Vatican, Sunday, Oct. 25, 2015. Catholic bishops called Saturday for a more welcoming church for cohabitating couples, gays and Catholics who have divorced and civilly remarried, endorsing Pope Francis' call for a more merciful and less judgmental church. (AP Photo/Alessandra Tarantino)/ALT101/218837975809/PHOTO TAKEN WITH A FISHEYE LENS/1510251029 — Alessandra Tarantino/AP/SIPA

Il n’est pas « nécessairement » du devoir des évêques de prévenir les autorités lorsque des membres du clergé sont coupables d’abus sur des mineurs, indique le Vatican dans un document révélé par The Guardian.

Le quotidien britannique indique que le texte a été rédigé par le psychanalyste français Tony Anatrella, prêtre du Diocèse de Pais et consulteur au Conseil pontifical pour la famille. « Il n’incombe pas forcément à un évêque de signaler les suspects aux autorités, à la police ou à un procureur s’ils sont informés d’un crime ou d’un acte immoral », stipule notamment le document.

Informer la hiérarchie

Ce texte indique aux membres du clergé la marche à suivre face à des accusations d’abus sexuels. Il a été révélé ce mois-ci par le Vatican lors d’une conférence de presse.

Le Saint-Siège précise que si les évêques sont tenus de se tenir au courant des lois locales, qui peuvent leur imposer d’informer les autorités des allégations, leur unique devoir est d’en référer à leur hiérarchie et à l’Eglise. Pour le Vatican, c’est aux victimes et à leurs familles de porter plaintes auprès des autorités. Contacté par The Guardian, le Saint-Siège n’a pas souhaité commenter.

« Je vous demande pardon »

L’an dernier, après des scandales à Rome et au Vatican, le souverain pontife avait présenté ses excuses. Parmi les scandales figuraient notamment l’affaire de l’ancien nonce polonais Józef Wesolowski, retrouvé mort, de cause naturelle selon l’autopsie, alors qu’il devait être le premier prélat jugé au Vatican pour actes pédophiles. « Je voudrais, au nom de l’Eglise, vous demander pardon pour les scandales qui ces derniers temps se sont produits aussi bien à Rome qu’au Vatican », avait alors déclaré François.

Le document révélé par The Guardian tranche donc avec les dernières déclarations de François, alors que le Vatican a annoncé en avril 2015 qu’il allait mettre en place des procédures juridiques établissant les responsabilités des évêques et des supérieurs coupables d’avoir couvert ou omis de sanctionner des religieux, notamment des prêtres, ayant commis des actes de pédophilie.