Chine: Un ex-chef de la police accusé d'avoir tué sa jeune maîtresse

FAITS-DIVERS La jeune femme, âgée de 28 ans, souhaitait révéler les abus de celui qui a dirigé la police de la région de Mongolie intérieure…

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers chinois à l'extérieurs d'un tribunal à Xianning le 31 août 2014 durant un procès anticorruption
Des policiers chinois à l'extérieurs d'un tribunal à Xianning le 31 août 2014 durant un procès anticorruption — AFP

Un ex-chef de la police chinoise et haut responsable régional a été inculpé de meurtre, ont annoncé les autorités, sa victime étant présentée par les médias comme sa jeune maîtresse de 28 ans, qui voulait dénoncer ses méfaits présumés. Zhao Liping, âgé de 64 ans, est accusé de meurtre, corruption et possession d'armes à feu et d'explosifs, a déclaré le Parquet populaire suprême dans un communiqué.

Elle souhaitait révéler les abus de l’ex-policier

Zhao Liping a dirigé la police de la région de Mongolie intérieure (nord) durant sept ans avant de prendre sa retraite en 2012, et fut également un vice-président du gouvernement régional. L'ancien responsable avait été arrêté l'an dernier et est soupçonné d'avoir tué une jeune femme avec qui il «avait une relation intime» car elle souhaitait révéler les abus de l'ex-policier, avait écrit la presse chinoise. La femme aurait survécu aux deux premiers coups de feu tirés par Zhao Liping avant qu'il la poursuive dans une voiture et l'abatte d'une balle en pleine tête.

Plusieurs officiels chinois déchus entretenaient des maîtresses, et les enquêtes pour corruption ont souvent été déclenchées à la suite d'accusations et de révélations par des amantes délaissées en quête de vengeance. Liu Tienan, un ex-responsable de la puissante agence de planification chinoise, avait ainsi été condamné à la prison à vie fin 2014 après que son ex-maîtresse ait fourni des informations compromettantes à un journaliste sur des attributions de marché douteuses, des faux diplômes et des menaces de mort.

Impliqué dans une autre mort ?

Le Parquet populaire suprême a déclaré mercredi dans son communiqué que Zhao Liping est également soupçonné d'avoir «délibérément causé la mort d'une personne» et «profité de sa position de chef de la police de Mongolie intérieure pour en tirer des bénéfices en faveur de tiers et d'avoir illégalement accepté d'importantes sommes d'argent».