Brexit: Les eurosceptiques pas convaincus par les propositions de Bruxelles

EUROPE Les eurosceptiques britanniques demandent bien davantage au conseil européen s’il souhaite garder la Grande Bretagne…

20 Minutes avec AFP

— 

Le maire de Londres Boris Johnson (en arrière-plan derrière) et David Cameron, Premier ministre britannique.
Le maire de Londres Boris Johnson (en arrière-plan derrière) et David Cameron, Premier ministre britannique. — JACK TAYLOR AFP

Les propositions attendues de l’Union européenne pour faire en sorte que le Royaume-Uni reste en son sein suscitaient mardi les critiques des eurosceptiques britanniques, à l’instar du maire de Londres Boris Johnson qui a appelé à faire « bien davantage ».

Le président du Conseil européen Donald Tusk devait dévoiler à la mi-journée à Bruxelles ces propositions visant à répondre aux demandes de réformes du Premier ministre britannique David Cameron, qui a promis qu’il ferait campagne contre un « Brexit », une sortie de son pays de l’UE, s’il obtenait gain de cause.

Le « système de carton rouge » jugé insuffisant

Sur Twitter pourtant, le Premier ministre britannique David Cameron a estimé ce mardi que les propositions présentées par l'Union européenne constituaient de «réels progrès», tout en soulignant qu'il y avait «encore du travail à faire».

Selon une source proche de l’exécutif britannique, ces propositions comprennent un « système de carton rouge » permettant aux parlements nationaux de bloquer les lois décidées par Bruxelles. Figurerait également un « frein d’urgence » pour stopper l’immigration.

Mais pour Nigel Farage, leader du parti anti-immigration Ukip, « l’idée selon laquelle un carton rouge serait une victoire (dans les négociations) est franchement ridicule ».

« En fait, ce que nous avons ici, c’est quasiment la même chose que la situation actuelle avec le Conseil de l’Union européenne où une majorité peut bloquer une nouvelle loi », a-t-il dit dans un communiqué.

« Nous ne voyons rien qui nous permette de prendre le contrôle de notre pays »

Interrogé à ce sujet sur la radio LBC, le conservateur Boris Johnson a exprimé de son côté ses « doutes ». David Cameron « a fait un très bon travail pour renégocier à grande vitesse un ensemble de mesures très complexes », a-t-il dit. « Mais je crois qu’il faut faire bien davantage ».

« J’espérais voir quelque chose de plus centré sur ce dont a besoin le Royaume-Uni », a pour sa part déclaré Anne-Marie Trevelyan, députée conservatrice, sur la BBC. « Nous ne voyons rien qui nous permette de prendre le contrôle de notre pays. C’est pourquoi je pense que je finirais par voter pour sortir (de l’UE) », a-t-elle dit.

Londres espère qu’un accord final sur un projet de réforme pourra être obtenu lors d’un sommet à Bruxelles qui se tiendra les 18 et 19 février, ce qui permettrait d’organiser le référendum britannique sur le maintien ou non du pays dans l’UE dès le mois de juin.