VIDEO. Syrie: La désolation de la ville de Homs filmée par un drone

RUINES Depuis cinq ans, la ville syrienne est le théâtre d'une guerre civile. De nombreux quartiers sont aujourd'hui à l'état de ruines...

R.S.

— 

Le décor de désolation de la ville syrienne de Homs, ravagée par la guerre, le 26 janvier 2016.
Le décor de désolation de la ville syrienne de Homs, ravagée par la guerre, le 26 janvier 2016. — Russiaworks.ru

Des murs éventrés, des immeubles détruits, des ruines, des gravas à perte de vue et des routes totalement désertées… Voilà le décor de désolation absolu filmé par un drone et dont la vidéo est diffusée par l’agence russe Russiaworks. Les images montrent les restes de la ville syrienne, ravagée par 5 années de guerre entre le régime de Bachar al-Assad et les rebelles armés du Front Al-Nosra. Le conflit a causé la mort de plus de 260.000 personnes et entraîné l’exode de millions de réfugiés.

La semaine dernière encore, un attentat suicide a tué 22 personnes, dont deux officiers et blessé une centaine de personnes. Cette attaque visait un poste de contrôle de l’armée dans le centre de Homs. Deux kamikazes sont arrivés à bord d’une voiture au barrage militaire du quartier de Zahra, cible de plusieurs attaques sanglantes ces derniers mois.

Des attentats revendiqués par l’Etat islamique

L’un des kamikazes est sorti de la voiture avant que l’autre ne se fasse exploser à l’intérieur du véhicule. Le second kamikaze a ensuite fait détonner sa ceinture d’explosifs sur les lieux de la première attaque où les gens arrivaient pour porter secours aux victimes.

Le dernier attentat à Zahra avait fait 14 morts et 132 blessés, le 28 décembre. Le 12 décembre, un attentat à la voiture piégée avait fait 16 morts et 54 blessés. Le groupe djihadiste Etat islamique avait revendiqué ces opérations kamikazes. Début décembre, des centaines de rebelles avaient quitté Waer, le dernier quartier qu’ils contrôlaient encore à Homs, en vertu d’un rare accord de cessez-le-feu supervisé par l’ONU, ouvrant ainsi la voie à une reprise totale de cette grande ville par le régime de Bachar al-Assad.

Une grande partie de la province de Homs reste néanmoins toujours sous le contrôle des insurgés, notamment ceux du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaida, dans le nord, et de Daesh dans l’est, dont la célèbre ville antique de Palmyre.