Visite de l'Iranien Rohani en Italie: Les statues dénudées sont dissimulées derrière des paravents

POLEMIQUE L'Italie a aussi accepté de bannir le vin d’un déjeuner avec le président...

R.L.

— 

Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran le 3 avril 2015
Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran le 3 avril 2015 — ATTA KENARE AFP

Par « respect pour la culture et la sensibilité de l’Iran », le musée du Capitole à Rome a dissimulé toutes ses statues dénudées derrière des paravents en bois, à l’occasion de la visite du président iranien Hassan Rohani ce lundi, constate le Corriere della Sera.

« Par respect »

Selon France 24, cette indignation a fait sourire les Radicaux : « Il y a seulement sept mois, toujours « par respect », les affiches de l’exposition de Tamara de Lempicka ont été couvertes pour la visite du pape dans notre ville laïque de Turin. Personne ne s’en était scandalisé ».

Enfin, toujours par « respect » et pour ménager la sensibilité de son hôte, l’Italie a également accepté de bannir le vin d’un déjeuner avec le président Sergio Matterella, et d’un dîner avec Matteo Renzi.

« C’est bien une question de journalistes ça »

De son côté, le président iranien Hassan Rohani a assuré mercredi n’avoir fait aucune demande auprès de ses hôtes italiens pour que les statues dénudées du musée du Capitole, visité lundi soir, soient cachées par des paravents pour ne pas l’indisposer.

« C’est bien une question de journalistes ça », a-t-il d’abord affirmé, avec un sourire, lors d’une rencontre avec la presse étrangère à son hôtel mercredi matin. Assurant « n’avoir eu aucun contact à ce sujet » au préalable avec les autorités italiennes, il a ajouté : « Je sais que les Italiens sont très hospitaliers, un peuple qui cherche à rendre le séjour de ses invités le plus agréable possible et je les en remercie pour cela ».

Le président iranien Hassan Rohani arrive ce jeudi en France pour sa seconde étape d’un voyage en Europe qui marque le retour de l’Iran sur la scène internationale depuis la levée des sanctions liées au dossier du nucléaire.