Guantanamo: Deux prisonniers transférés en Bosnie et au Monténégro

PRISON Le Pentagone a annoncé ce jeudi le transferts de deux détenus de Guantanamo vers la Bosnie et le Monténégro...

20 Minutes avec AFP

— 

Vue de la base militaire américaine de Guantanamo.
Vue de la base militaire américaine de Guantanamo. — SIPANY/SIPA

C'est une nouvelle étape dans l'histoire de la prison militaire américaine de Guantanamo. Deux détenus ont été transférés respectivement en Bosnie et au Monténégro, a annoncé ce jeudi le Pentagone. Il reste actuellement 91 prisonniers dans ce camp controversé, que le président des Etats-Unis Barack Obama s’était engagé à fermer.

Deux anciens d'Al-Qaida

« Le département de la Défense a annoncé aujourd’hui le transfèrement de Tariq Mahmoud Ahmed Al Sawah du centre pénitentiaire de Guantanamo au gouvernement de Bosnie », a indiqué le Pentagone dans un communiqué. Un autre détenu, nommé Abd al-Aziz Abduh Abdallah Ali Al-Suwaydi, a été transféré au Monténégro, a ajouté le Pentagone dans un autre communiqué.

D'après son dossier publié par le New York Times, Tariq Mahmoud Ahmed Al Sawah, 58 ans, a la double nationalité égyptienne et bosniaque et a fourni des renseignements «précieux» au gouvernement américain. Il avait été accusé d'être un spécialiste en explosifs d'Al-Qaïda avant que les chefs d'inculpation ne soient abandonnés en 2012. En février dernier, une commission avait recommandé sa libération.

Abd al-Aziz Abduh Abdallah Ali Al-Suwaydi, 41 ans, est yéménite. C'est un ancien militant d'Al-Qaïda en Afghanistan où il a combattu au sein de la 55e brigade arabe d'Oussama Ben Laden contre les forces de l'Otan. Avec sa «sensibilité occidentale», il s'intégrera idéalement au Monténégro, a fait valoir un de ses avocats, David Remes. Une commission avait recommandé son transfert au Yémen, mais la guerre civile dans ce pays a empêché son rapatriement.

La difficile fermeture de Guantanamo

Le gouvernement américain a remercié les deux pays pour leur «geste humanitaire et leur volonté de soutenir les efforts des Etats-Unis visant à fermer» la prison de Guantanamo, enclave américaine située sur l'île de Cuba.

Comme à chaque fois, Washington s'est assuré auprès des gouvernements de Monténégro et de Bosnie que ces transferts soient «conformes aux mesures de sécurité et de traitement humain adéquats».

D'après le New York Times, un troisième détenu, le Yéménite Mohammed Ali Abdullah Bwazir, devait aussi quitter mercredi Guantanamo, où il a mené des grèves de la faim pour protester contre ses conditions d'incarcération. Mais il a refusé d'embarquer par crainte de se retrouver dans un pays où il n'a aucune famille, a expliqué au journal son avocat, John Chandler, sans préciser de quel pays il s'agissait.

91 détenus

Il reste désormais 91 détenus à Guantanamo, prison ouverte en janvier 2002 dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. Mais l'administration ne veut pas relâcher une soixantaine des détenus restants, jugés trop dangereux ou, pour une dizaine d'entre eux, condamnés ou en attente de procès.

Le gouvernement voudrait pouvoir les transférer sur le sol américain et fermer le camp de l'île cubaine. Il n'est toutefois toujours pas parvenu à présenter un plan de déménagement du site.