Présidentielle américaine: Une pétition anti-Trump pour dénoncer les dérives verbales du candidat

ETATS-UNIS Une pétition mise en ligne mercredi et destinée à dénoncer les dérives verbales du candidat à la primaire républicaine américaine Donald Trump...

20 Minutes avec AFP

— 

L'Américain Donald Trump, candidat à l'investiture républicaine à la Maison Blanche, le 18 janvier 2016 à  Lynchburg, en Virginie
L'Américain Donald Trump, candidat à l'investiture républicaine à la Maison Blanche, le 18 janvier 2016 à Lynchburg, en Virginie — Nicholas Kamm AFP

Trop c’est trop. Il faut se débarrasser de Trump. C’est en tout cas le souhait de plusieurs personnalités de premier plan qui ont signé une pétition mise en ligne mercredi et destinée à dénoncer les dérives verbales du candidat à la primaire républicaine américaine Donald Trump.

>> A lire aussi : Quand Trump utilise des images de migrants au Maroc pour parler du Mexique

« Stop Hate Dump Trump » (« halte à la haine, débarrassons-nous de Trump ») a été lancé par Eve Ensler, auteur de la pièce « Les Monologues du Vagin », la productrice de documentaires Jodie Evans et l’universitaire Kimberlé Crenshaw, a indiqué Jodie Evans.

Les acteurs Harry Belafonte et Danny Glover, le réalisateur Jonathan Demme, ainsi que les actrices Kerry Washington, Jane Fonda et Rosanna Arquette faisaient partie des signataires, selon le collectif.

« Il a ouvert la voie » aux dérapages verbaux

« Nous offrons aux Américains la possibilité d’être entendus et d’agir, alors que la campagne de Trump gagne du terrain tout en usant toujours plus de son discours de haine et de division », explique Eve Ensler, citée sur le site stophatedumptrump.com.

« Nous voulons aussi prévenir les politiques et les médias qu’ils ont une responsabilité dans la normalisation du discours extrémiste de Trump en le traitant comme du divertissement », ajoute-t-elle. En fin d’après-midi, environ 900 personnes avaient signé la pétition.

De nombreux amalgames

Une pétition visant à pousser de grandes entreprises à mettre un terme à leurs relations d’affaires avec Donald Trump a déjà recueilli 85.513 signatures. « Il a ouvert la voie » aux dérapages verbaux, dont se sont ensuite rendus coupables d’autres candidats, selon Jodie Evans.

Depuis le début de sa campagne, Donald Trump a notamment sous-entendu que la population immigrée venue du Mexique était composée en grande partie de « criminels » et de « violeurs ».

Il a également indiqué que s’il était élu, il empêcherait les ressortissants étrangers de confession musulmane de se rendre aux Etats-Unis, mesure censée aider à combattre la menace terroriste.