Syrie: Daesh libère 270 des 400 civils enlevés à Deir Ezzor

TERRORISME Les civils toujours détenus, s'ils n'ont pas de lien avec le régime d'Assad, devraient être relâchés après avoir suivi des «cours religieux»...

20 Minutes avec AFP

— 

La ville de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.
La ville de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie. — Google Maps

Les terroristes de Daesh ont libéré 270 des 400 civils qu’ils avaient enlevés la semaine dernière à Deir Ezzor dans l’est de la Syrie, rapporte ce mercredi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Des femmes, des enfants de moins de 14 ans et des personnes âgées figurent parmi ces civils libérés mardi, a précisé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’ONG.

>> A LIRE. La coalition anti-Daesh se réunit ce mercredi à Paris

Selon lui, ils ont été libérés après avoir été interrogés par les djihadistes de l’Etats islamique (EI) sur leurs éventuels liens avec le régime. Ils « ne vont pas revenir dans la ville de Deir Ezzor mais vont réintégrer des tribus locales de cette province », a précisé Rami Abdel Rahmane.

130 civils toujours détenus

Le groupe djihadiste détient encore 130 civils, essentiellement des jeunes et des hommes adultes, qui sont toujours interrogés selon le directeur de l’OSDH. « S’il s’avère qu’ils n’ont pas de liens avec le régime, ils vont suivre des cours religieux puis ils seront relâchés », a indiqué Rami Abdel Rahmane.

L’EI a enlevé au moins 400 civils, dont des femmes et des enfants, après un assaut samedi sur la ville de Deir Ezzor, où il a tué au moins 135 personnes, avait indiqué cette ONG. Ces civils ont été enlevés à Al-Bgheliyeh, banlieue proche de Deir Ezzor et dans d’autres secteurs alentour, avant d’être emmenés dans des régions sous le contrôle des jihadistes dans l’ouest de la province du même nom ainsi que dans la province voisine de Raqa, fief de l’EI.

Le régime contrôle toujours des portions de Deir Ezzor ainsi qu’un aéroport militaire à proximité, malgré les attaques répétées de l’EI.