Attentat en Indonésie: cinq assaillants et deux civils tués dans des attaques attribuées à un groupe lié à Daesh

ATTAQUE Deux civils, dont un Néerlandais, ont été tués dans des attaques qui ont frappé Djakarta, la capitale de l’Indonésie…

20 Minutes avec AFP

— 

La police indonésienne aux abords de l'attaque de Djakarta, le 14 janvier 2016.
La police indonésienne aux abords de l'attaque de Djakarta, le 14 janvier 2016. — Tatan Syuflana/AP/SIPA

Deux civils, dont un ressortissant néerlandais, et cinq assaillants ont été tués jeudi dans des attaques à Djakarta, la capitale de l'Indonésie. Selon les autorités indonésiennes, ces attaques sont terminées. Elles auraient été perpetrées par un groupe lié à Daesh qui se serait inspiré du modèle des attentats de Paris en novembre, a indiqué la police locale.

«A présent, la situation est sous contrôle», a dit le porte-parole de la police de Djakarta Muhammad Iqbal, une information confirmée par le chef adjoint de la police nationale. 

>> Suivez l’évolution des événéments en Indonésie en direct par ici

Le ministre de la Sécurité Luhut Panjaitan a expliqué pour sa part que «cinq terroristes» étaient «morts». Parmi les victimes civiles, figurent un Néerlandais et un Indonésien. 

D'après le porte-parole de la police, cinq personnels de police, un civil étranger et quatre civils indonésiens ont également été blessés.

La police avait déclaré auparavant qu'au moins deux kamikazes figuraient parmi les attaquants, ajoutant que deux d'entre eux avaient été tués dans des échanges de tirs avec la police.

Sur Twitter, des hashtag ont été lancé en Indonésie, pour ne pas céder à la peur  («nous n'avons pas peur»).