Le bébé d'une Française présumée djihadiste décède dans un avion en Turquie

TERRORISME Il a succombé mercredi à une malformation cardiaque de naissance...

D.B. avec AFP

— 

Un avion de Turkish Airlines, le 21 novembre 2015. crédit:BPI/REX Shutterstock/SIP
Un avion de Turkish Airlines, le 21 novembre 2015. crédit:BPI/REX Shutterstock/SIP — BPI/REX Shutterstock/SIPA

Le bébé d'une Française d'origine syrienne est mort accidentellement dans un avion alors que sa mère allait être expulsée de la Turquie vers la France pour des liens présumés avec Daesh, a-t-on appris jeudi de source diplomatique.

Le garçonnet, né prématuré, a succombé mercredi à une malformation cardiaque de naissance alors qu'il voyageait avec sa mère, identifiée à bord d'un avion de la Turkish Airlines entre Gaziantep (sud) et Istanbul, a précisé à l'AFP cette source, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

Selon l'agence de presse Dogan, la victime est décédée après l'atterrissage de l'appareil, malgré l'intervention des secours.La mère devait être expulsée vers la France avec son fils par les autorités turques, qui l'avaient arrêtée près la frontière syrienne pour ses liens présumés avec Daesh.

Plus de 2.600 jihadistes présumés expulsés

La Turquie constitue le principal point de passage vers la Syrie des recrues étrangères de l'organisation djihadiste, notamment en provenance d'Europe.

Longtemps soupçonné de complaisance à l'égard des groupes radicaux qui combattent le régime syrien, le gouvernement islamo-conservateur turc a, depuis plus d'un an, renforcé ses contrôles pour tenter de tarir le flot des djihadistes qui rejoignent les rangs de Daesh.

Depuis l'attentat suicide qui a fait 103 morts le 10 octobre dernier à Ankara, il a également multiplié les arrestations dans les milieux djihadistes. Selon ses dernières statistiques officielles rendues publiques fin novembre, la Turquie a déjà expulsé plus de 2.600 jihadistes présumés originaires de plus de 80 pays.