Etats-Unis: Le combat d'une maman britannique pour récupérer son bébé

JUSTICE Une Britannique, blanchie de l'accusation de mise en danger de son enfant pour l'avoir laissé seul quelques instants, cherche à en récupérer la garde...

20 Minutes avec AFP

— 

Un bébé nouveau-né (illustration).
Un bébé nouveau-né (illustration). — DIDIER PALLAGES / AFP

Les vacances de la jeune maman s’étaient transformées en cauchemar. Une policière britannique qui séjournait à New York a perdu la garde de son bébé car elle l’avait laissé, selon elle, 30 minutes seul, endormi dans leur chambre d’hôtel. Les accusations de mise en danger d’un enfant, résistance à une arrestation et possession d’une substance contrôlée (en fait de la codéine pour des disques déplacés) ont été classées lundi, mais un nouveau combat commence pour Louise Fielden, 42 ans : obtenir des tribunaux qu'elle récupère son fils de 14 mois.

Samuel est né en octobre 2014, conçu avec un don anonyme de sperme. Louise Fielden prend alors un an de congé maternité, selon les documents de justice, qui mentionnent aussi un casier judiciaire vierge, et voyage avec son enfant.

>> A lire aussi : Pacôme, 5 mois, né en Espagne, n'a toujours pas d'existence légale

En avril 2015, l’hôtel où elle réside alerte les services de l’enfance car la policière a laissé Samuel, alors âgé de 6 mois, seul, endormi dans son berceau, selon sa plainte. Louise Fielden affirme qu’elle a laissé l’enfant seul, endormi dans son lit de voyage, le temps de descendre nettoyer un biberon. Le personnel de l’hôtel soutient de son côté qu’elle l’avait aussi laissé sur le sol, pendant qu’elle prenait son petit-déjeuner, à 30 centimètres de lui.

Le temps que la plainte soit traitée, et finalement classée, l’enfant est placé chez une mère d’accueil.

Dans sa plainte déposée devant le tribunal fédéral de Brooklyn, Louise Fielden accuse la ville de New York de retenir l’enfant illégalement aux Etats-Unis, sans son consentement.

Une mère d'accueil militante LGTB

En tant que « membre pieux et conservateur de l’Eglise d’Angleterre », elle affirme aussi que la mère d’accueil ne convient pas, en raison de son militantisme pour la cause LGTB (lesbiennes, gays, bisexuels et trans). Elle accuse même cette mère d’accueil d’avoir participé à une soirée porno avec une star gay.

Un juge familial a de son côté imposé un ordre de protection en faveur du petit garçon, et sa mère a demandé que l’enfant puisse au moins être transféré chez un cousin en Angleterre, le temps pour elle de faire appel de cette décision. D’autant que, selon son avocat Andrew Spinnell, après des mois de bataille juridique coûteuse pour que les charges contre elle soient abandonnées, elle a dû repartir travailler mardi en Grande-Bretagne. Sans Samuel.