VIDEO. Cologne: Que sait-on des agressions lors du Nouvel an?

FAITS DIVERS Une centaine de femmes a porté plainte pour agressions sexuelles la nuit du réveillon...  

T.L.G.

— 

Personnes rassemblées devant la gare de Cologne, le 31 décembre 2015.
Personnes rassemblées devant la gare de Cologne, le 31 décembre 2015. — Markus Boehm / dpa / AFP

L’affaire scandalise l’Allemagne. Une vague d’agressions sexuelles a touché la ville de Cologne, la nuit du Nouvel an. Les auteurs de ces actes seraient des « jeunes apparemment de type arabe ou nord-africain », selon les premiers rapports de police. Au cœur de la polémique, Angela Merkel et sa politique d’ouverture aux réfugiés, que ses détracteurs cherchent désormais à lier à ces agressions. 20 Minutes fait le point.

Que s’est-il passé ?

« Nous nous apprêtions à partir et c’est là qu’un groupe d’une dizaine, vingtaine, trentaine de jeunes hommes étrangers s’en est pris à nous », raconte une victime à la chaîne d’information en continu N-TV. « Ils se sont mis à nous agresser, nous prenant l’entre-jambe, touchant nos décolletés, sous les manteaux. » Comme elle, de nombreuses femmes ont été agressées cette nuit-là.

Plus d’une centaine de plaintes ont été enregistrées, a indiqué mercredi la police locale. Les faits vont du harcèlement à au moins un viol, en passant par des dizaines d’autres agressions sexuelles et des vols.

>> A lire aussi : Agressions sexuelles à Cologne : La maire moquée pour ses conseils aux femmes

Qui sont les auteurs ?

Les agressions sont attribuées à des groupes de 20 à 30 jeunes hommes ivres qui ont encerclé leurs victimes au milieu du millier de personnes qui s’était rassemblé autour de la cathédrale et de la gare centrale de Cologne. Les agresseurs seraient « dans leur très large majorité de jeunes hommes, âgés de 18 à 35 ans, apparemment de type arabe ou nord-africain », a assuré le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers. Une description confirmée par les victimes.

Pourquoi l’affaire ne sort qu’aujourd’hui ?

Complotistes et mouvements populistes accusent les grands médias d’avoir passé sous silence à dessein les événements pour ne pas alimenter le discours anti-migrants. Les autorités locales n’ont donné des éléments que lundi, trois jours après le Nouvel an, et n’en a révélé toute l’ampleur que mardi. La police affirme que les plaintes des victimes sont arrivées au compte-goutte.

Pourquoi Angela Merkel est-elle sous pression ?

L’affaire a également pris une tournure politique. Ces agressions ont fait ressurgir les craintes diffuses d’une partie de l’opinion sur l’afflux de migrants venus de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan et les doutes sur la capacité du pays à les intégrer. Car, si les autorités affirment n’avoir pour le moment aucun élément montrant que des réfugiés étaient impliqués, les adversaires politiques de Merkel ont établi un lien pour affaiblir la chancelière.

« Est-ce que l’Allemagne est suffisamment ouverte sur le monde et métissée pour vous, Madame Merkel ? » a lancé Frauke Petry, la responsable du parti populiste Alternative pour l’Allemagne, en progrès depuis des mois dans les sondages.

Angela Merkel était présente en fin d’après-midi en Bavière pour répondre aux critiques de la branche locale de sa propre famille politique, la CSU. Cette dernière juge que le cap actuel du gouvernement sur les réfugiés est dangereux pour le pays.