Yémen: Une femme lapidée à mort par al-Qaïda

DJIHADISME Une femme accusée de «prostitution» et de «proxénétisme» a été exécutée par des islamistes dimanche...

20 Minutes avec agences

— 

Manifestation à Islamabad le 29 mai 2014 pour dénoncer la lapidation de Farzana Parveen, une jeune femme enceinte, par ses proches devant des policiers impassibles mardi
Manifestation à Islamabad le 29 mai 2014 pour dénoncer la lapidation de Farzana Parveen, une jeune femme enceinte, par ses proches devant des policiers impassibles mardi — Aamir Qureshi AFP

Plusieurs témoins ont indiqué que, ce dimanche, des djihadistes d'al-Qaïda au Yémen portant des armes « ont placé une femme dans un trou au milieu d'une cour d'un bâtiment militaire et l'ont lapidée à mort en présence de dizaines d'habitants ». La scène se serait déroulée à Moukalla, capitale de la province du Hadramout.

« C'est la première fois que nous voyons une telle chose »

Pour justifier leurs actes, les bourreaux ont évoqué le verdict le 8 décembre d'un « tribunal islamique » d'al-Qaïda au Hadramout qu'ils ont eux-mêmes établi et selon lequel la victime, qui était mariée, « avait avoué l'adultère devant des juges ». Une copie du jugement a circulé sur des réseaux sociaux et indique que la femme a également été condamnée pour « prostitution », « proxénétisme » et pour avoir « consommé du haschich ».

Un habitant de Moukalla présent lors de la lapidation a expliqué : « C'est la première fois que nous voyons une telle chose. » Un journaliste yéménite ayant lui aussi assisté à l'exécution a déclaré que des hommes armés avaient interdit toute prise de photographies.