Les Saoudiens vont devoir se passer de leur puissant Etat providence

DEFICIT Habituée à bénéficier de larges subventions, la population va être la première à subir les conséquences des déficits budgétaires…

20 Minutes avec AFP
— 
Un trader à la bourse de Ryad en Arabie Saoudite, le 15 juin 2015
Un trader à la bourse de Ryad en Arabie Saoudite, le 15 juin 2015 — Fayez Nureldine AFP

Confrontée à des déficits budgétaires records liés à l’effondrement des cours du brut, l’Arabie saoudite s’est résignée à réduire les généreuses subventions sur les carburants et l’électricité, une mesure qui aura un impact douloureux sur une population habituée à l’Etat-providence.

Par des décisions inattendues, le premier exportateur mondial de brut a augmenté jusqu’à 80 % les prix de produits pétroliers et d’environ 70 % ceux de l’électricité et de l’eau, dans le cadre d’une vaste réforme économique censée réduire la dépendance vis-à-vis du pétrole.

>> Arabie saoudite : Un budget en déficit et des mesures d’austérité drastiques pour 2016

« C’est le début d’un programme global pour édifier une économie forte (…) avec une diversification des sources de revenus », a déclaré le roi Salmane lors de l’adoption lundi par le Conseil des ministres du budget 2016, accompagné de mesures d’austérité.

Le royaume, dont la production pétrolière a atteint cette année un record de 10,4 millions de barils par jour (mbj), a enregistré en 2015 un déficit budgétaire sans précédent de 89,2 milliards d’euros, soit 15 % du PIB du pays estimé à 595 mds d’euros.

Ryad a prévu aussi un déficit de 79,3 mds d’euros dans son budget 2016, pour la troisième année consécutive. En 2015, les recettes ont reculé à 147,6 milliards d’euros, un plus bas depuis la crise financière de 2009, en baisse de 42 % par rapport aux 253,6 milliards d’euros engrangés en 2014. Ce recul est dû à une baisse de 112 mds d’euros des recettes pétrolières.

>> Arabie saoudite : Cinq choses à savoir sur le roi Salmane

Le royaume a annoncé qu’il entendait aussi augmenter les taxes sur les services sociaux pour consolider ses revenus non-pétroliers, restés jusqu’ici modestes. Pour le ministre des Finances Ibrahim al-Assaf, il est temps de réexaminer le niveau élevé des dépenses des dernières années. « Nous devons rationaliser les dépenses non essentielles », a-t-il dit au quotidien Al-Eqtissadiah.

Cigarettes, boissons, billets 

Les recettes non-pétrolières ont augmenté cette année de 29 % à 36,6 mds USD, représentant pour la première fois 27 % de l’ensemble des rentrées de l’Etat. « Cette contribution reste très limitée et doit augmenter », a commenté à l’AFP l’économiste saoudien Abdulwahab Abi-Dahesh. « Je m’attends à ce que le gouvernement soit en mesure de porter les recettes non-pétrolières à plus de 200 mds de riyals (48,2 mds euros) l’an prochain avec l’introduction de nouvelles taxes ».

Ainsi, le secteur non-pétrolier devrait représenter environ 40 % des revenus du royaume où les recettes pétrolières ont baissé cette année à 73 %, alors qu’elles représentaient en moyenne 90 % ces 10 dernières années. Les nouvelles mesures, prévoyant aussi un relèvement des prix des billets d’avion sur les vols intérieurs et une augmentation des prix des cigarettes et des boissons non alcoolisées, devraient avoir un impact négatif sur les habitants à faible revenu, habitués depuis des décennies à des services publics et des produits très bon marché.

Le roi a souhaité que les familles à faible revenu soient épargnées. Dès lundi soir, des centaines d’automobilistes se sont rués vers les stations-service pour faire le plein avant l’entrée en vigueur des nouveaux prix mardi.

« Mauvaise politique »

Pour Abou Othman, 63 ans, en dépit de l’augmentation, les prix de l’essence restent « raisonnables ». « De telles mesures sont normales dans les circonstances actuelles », a-t-il affirmé à l’AFP en faisant le plein à Ryad. La hausse des prix a suscité un flot de commentaires sur les réseaux sociaux, principal moyen de s’exprimer dans le royaume où les médias sont contrôlés par l’Etat.

Dans un tweet, Fahad al-Owain prévient que « la levée des subventions frappera de plein fouet la classe moyenne, qui forme la majorité des habitants ». « Les riches pourront s’en sortir mais les pauvres dépendent du gouvernement ».

« Je pense que ce budget va nous apprendre à rationaliser la consommation », a écrit un autre, Udai al-Dhaheri, sur Twitter. Pour un internaute anonyme, « c’est une mauvaise politique économique qui est à l’origine du déficit budgétaire record ».

Le Fonds monétaire international (FMI) avait prévenu l’Arabie saoudite qu’elle risquait d’épuiser ses réserves en devises en cinq ans si elle tardait à réduire ses subventions et à diversifier son économie. Le royaume a déjà puisé cette année 80 milliards USD dans ses réserves, estimées fin 2014 à 732 milliards USD, et levé sur le marché local 20 milliards USD en bons du trésor.