Dick Cheney, le vice-président américain, lors d'une interview à la chaîne C-SPAN 3 en 1994
Dick Cheney, le vice-président américain, lors d'une interview à la chaîne C-SPAN 3 en 1994 — Capture d'écran de YouTube

ETATS-UNIS

Quand Dick Cheney était contre l'occupation de l'Irak…

Dans une vidéo de 1994 qui fait parler d'elle, le vice-président américain estime que Saddam Hussein ne doit pas être renversé…

Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. Voire. Le vice-président américain Dick Cheney estimait le 15 avril 1994 que l'invasion complète de l'Irak et le renversement du régime de Saddam Hussein lors de la première guerre du Golfe - alors qu'il était ministre de la Défense - aurait «conduit à un bourbier».

Dans une interview réalisée il y a treize ans par la chaîne C-SPAN 3 (l'équivalent américain de la Chaîne parlementaire), le vice-président explique pourquoi l'armée américaine a bien fait de ne pas occuper l'Irak. «Combien de vies américaines supplémentaires vaut Saddam Hussein?», se demande-t-il après avoir indiqué qu'aucun pays arabe, partenaire de la coalition anti-irakienne, «ne désirait occuper l'Irak». «Une fois que Saddam Hussein n'est plus au pouvoir, qui peut-on mettre à la place? C'est un endroit très violent sur la planète. S'il n'y a plus de gouvernement central, l'Irak se désintègre», prophétise celui qui ne semble pas avoir pris en compte quelques années plus tard ses propres craintes géopolitiques.

L'interview, rediffusée sur C-SPAN 3 en juillet et en août 2007 avant d'être publiée sur YouTube par le site conspirationniste «Grand Theft country», est un véritable carton sur l'internet où elle a été visualisée près de deux millions de fois.

Interrogée par le «Washington Post» sur les raisons qui ont poussé Dick Cheney à changer d'avis entre 1994 et 2003, la porte-parole du vice-président, Lea Anne McBride, a refusé de commenter. Et s'est borné de renvoyer les journalistes vers une interview, réalisée en février 2007 par la chaîne ABC, au cours de laquelle la même question est posée à Dick Cheney. «Je garde mes positions de 1991 [année de l'opération «Tempête du désert»]. Mais regardez ce qu'il s'est passé depuis - nous avons eu le 11 septembre». De quoi augmenter visiblement la valeur de Saddam Hussein exprimée en vies américaines.